Ils torturent puis égorgent un chaton car... ils ont été refoulés d'une soirée

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 29 septembre 2016 - 16:42
Image
Chaton Chat
Crédits
©Jean-Raphaël Guillaumin/Flickr
Le chaton a eu les yeux crevés, avant d'être égorgé.
©Jean-Raphaël Guillaumin/Flickr
Vexés d'avoir été éconduits d'une soirée privée, dans la nuit de samedi à dimanche dernier dans le Périgord, trois jeunes gens ont été submergés par un accès de violence et de cruauté. Un chaton qui passait par là en a fait les frais.

La bêtise de certains est décidément sans limite. Tout comme leur cruauté. Trois jeunes gens sont recherchés par les forces de l'ordre depuis ce week-end dans la région de Périgueux (Périgord). Dans la nuit de samedi 24 à dimanche 25, ils auraient torturé puis égorgé un petit chaton de quatre mois. Pour quel motif? Visiblement une manière particulièrement inhumaine d'évacuer la vexation qu'ils venaient de subir en se faisant éconduire d'une soirée d'anniversaire privée à laquelle ils n'étaient d'ailleurs pas invités, selon France Bleu Périgord qui dévoile les faits.

Nuit de samedi à dimanche à Antonne-et-Trigonant, à quelques kilomètres à l'est de Périgueux. Les trois jeunes gens ont tenté de "s'incruster", puisque c'est bien de cela qu'il s'agit, dans la fête d'anniversaire organisée pour les 18 ans d'un autre jeune dans la salle des fêtes du village. Mais se font refouler.

Vexés et énervés, les trois garçons s'en seraient alors pris aux véhicules garés aux alentours ainsi qu'à du matériel municipal pour se venger. Un voisin serait alors intervenu pour leur demander de se calmer et mettre sa voiture à l'abri. C'est au petit chat de cet homme que les énergumènes s'en sont alors pris en représailles.

Ils ont ainsi tout d'abord torturé le chaton, âgé de quatre mois seulement, lui crevant notamment les yeux. Puis, leur accès de violence n'étant visiblement pas rassasié, ils sont allés jusqu'à égorger l'animal.

Les propriétaires du chat se seraient rapprochés de la SPA pour déposer une plainte, relate Benjamin Fontaine pour France Bleu. Une enquête a par ailleurs été ouverte et une pétition également lancée sur le site Change.org pour lancer notamment un appel à témoins et devrait être remise au procureur de la République de Périgueux, selon ses instigateurs.

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don