Indre-et-Loire: tué après avoir menacé un gendarme avec une arme factice

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Indre-et-Loire: tué après avoir menacé un gendarme avec une arme factice

Publié le 24/06/2018 à 13:13 - Mise à jour à 13:14
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un homme a été tué dans la nuit de vendredi à samedi à Chinon, en Indre-et-Loire. Il avait menacé un gendarme avec une arme factice, le militaire l’a abattu.

Un gendarme a tué un homme dans la nuit de vendredi 22 à samedi 23 à Chinon, en Indre-et-Loire, lors d’une intervention. Le militaire avait été appelé avec ses collègues pour un fait de tapage nocturne.

’Ils ont été confrontés à un individu excité et a priori alcoolisé. L'un des deux gendarmes essaye de le calmer, de dialoguer. L'individu a une main dans le dos et s'avance vers les gendarmes et sort un pistolet", a expliqué Jean-Luc Beck, le procureur de Tours, dont les propos ont été rapportés par LCI.

Face à la menace, l’un des gendarmes a ouvert le feu et tiré deux fois avec son arme de service. Le suspect a alors été touché au ventre par l’une des balles tirées par le militaire.

A voir aussi: Montauban - le formidable raté des braqueurs amateurs munis d'armes factices

Ce n’est qu’à ce moment que les gendarmes ont constaté que le pistolet tenu par le suspect était un faux.

"L'arme se révèle être factice mais de bonne facture", a ainsi évoqué le procureur de la République.

L’homme tué n’a pas pu être sauvé. Le quadragénaire était en outre bien connu des services de police puisque son casier judiciaire comptait une dizaine de condamnations.

Les gendarmes étaient d’ailleurs intervenus chez cet homme il y a quelques semaines. "Il vociférait et menaçait avec un fusil".

Le gendarme qui a tué l’homme a été placé en garde à vue, le temps de la procédure. L’inspection générale de la gendarmerie a été saisie et devra faire la lumière sur les circonstances du drame. ‘’Pour le moment il n’y a pas d’éléments pour dire qu’il n’était pas en légitime défense’’, a ajouté Jean-Luc Beck.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le gendarme qui a tué sur le suspect muni d'une arme factice a été placé en garde à vue.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-