Indre: l'instituteur qui enseignait trop la Bible au primaire a finalement été muté

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Indre: l'instituteur qui enseignait trop la Bible au primaire a finalement été muté

Publié le 02/06/2017 à 20:20 - Mise à jour le 08/06/2017 à 11:14
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un professeur des écoles de Malicornay dans l'Indre a été condamné par l'inspection académique de l'Indre à une mutation d'office ce vendredi. En cause une étude de la Bible régulière et répété au primaire.

L'affaire court depuis de nombreux mois. Un instituteur de la ville de Malicornay a finalement été condamné ce vendredi 2 à une mutation d'office après son passage devant la commission de discipline de l'inspection académique de l'Indre. Il lui était reproché d'avoir utilisé des extraits de textes religieux en classe, notamment la Bible, de façon régulière et répété.

L'enseignant avait d'ailleurs été dénoncé de manière étrange: une lettre émanant d'un obscur "collectif de parents d'élèves", anonyme, a été adressée à l'inspection académique juste avant les vacances d'hiver. Ce dernier avait diligenté une enquête et a donc décidé de suspendre sans préavis le professeur, une mesure rarissime pour des faits de cette "importance". La classe de 25 élèves qui regroupe les deux niveaux était depuis prise en charge par une remplaçante.

Pour le directeur académique de l'Indre, Pierre-François Gachet, "il n'est pas reproché (à l'enseignant) d'avoir utilisé des textes religieux mais d'avoir dépassé la mesure de ce qui était nécessaire dans le cadre de l'étude du fait religieux". Du côté de l'avocat de l'enseignant, on estime que "c'est une décision sans fondement qui procède de considérations idéologiques". L'instituteur a déposé un référé-suspension devant le tribunal administratif. En attendant, il est autorisé à enseigner de nouveau. Jusqu'à la fin de l'année, il devrait assurer des remplacements.

Le principe de laïcité n'empêche d'ailleurs pas de parler de religion en classe, sous réserve que le dialogue entre l'enseignant et les élèves ne comporte aucune dimension de prosélytisme. Les contours de l'application du principe dans les établissements avaient été redéfinis par une charte en 2013.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Il lui était reproché d'avoir utilisé des extraits de textes religieux en classe, notamment la Bible, de façon régulière et répété.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-