Il a poignardé à mort son fils de 2 ans: 30 ans de prison pour le "pétage de plomb" du père infanticide

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Il a poignardé à mort son fils de 2 ans: 30 ans de prison pour le "pétage de plomb" du père infanticide

Publié le 20/01/2018 à 13:23 - Mise à jour à 13:32
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le père qui a tué son enfant à coups de couteau en juin 2015 a été condamné vendredi à 30 ans de prison. Un verdict qu’il a "accepté" sans pouvoir cependant expliquer le "coup de folie" qui l’a amené à tuer Samuel, deux ans.

Il a évoqué un "coup de folie" pour expliquer l’inexplicable. Mais la cour d’assises de Seine-Saint-Denis a retenu la responsabilité pleine et entière de Grégory Bilionnière. Elle a condamné vendredi 19 à 30 ans de prison le père Samuel pour avoir tué son fils de deux ans en l’étouffant et lui assénant plusieurs coups de couteau.

Les faits remontent à juin 2015 et à la tragique épilogue d’une relation houleuse et "toxique" entre un père et une mère. Après les disputes, les fuites et les menaces est finalement arrivé l’enlèvement de l’enfant par son père, au Mans où la mère était partie pour s’éloigner de son ex-compagnon. Elle assure qu’il avait menacé de tuer leur enfant si elle le quittait.

La menace était-elle réelle dans son esprit à l’époque? Impossible à dire mais revenu chez lui à Gagny (Seine-Sain-Denis) avec Samuel, le père a commis l’irréparable. Devant une audience glacée d’effroi, l’homme de 35 ans a reconnu et décrit les faits avec une froide précision.

Un infanticide "mécanique, machinal" qui a commencé en pressant un oreiller sur l’enfant et s’est poursuivi avec 32 coups de couteau, "le plus petit pour éviter de charcuter". S’il parle de "coup de folie" provoqué par son état moral désastreux à ce moment, l’homme n’a pas cherché à nier sa responsabilité et a "accepté" selon son avocat cette peine de 30 ans de prison dont 15 ans de sûreté.

Un ami et une cousine de l’accusé ont également été condamnés pour non-dénonciation de crime. La première avait hébergé le meurtrier avant qu’il ne se rende le lendemain du drame. Le second avait forcé les scellés de la police afin de récupérer des affaires à revendre pour aider financièrement son ami.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le père avait tué son fils en l'étouffant et le poignardant à 32 reprises en 2015.

Newsletter





Commentaires

-