Insémination post-mortem: le tribunal de Toulouse rejette une demande de restitution du sperme

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Insémination post-mortem: le tribunal de Toulouse rejette une demande de restitution du sperme

Publié le 13/10/2016 à 17:44
©Marcel Mochet/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le tribunal administratif de Toulouse a rejeté ce jeudi la requête d'une Française qui réclamait au CHU de Toulouse la restitution du sperme congelé de son mari. La veille, le tribunal de Rennes avait pourtant autorisé une Française à récupérer les gamètes congelés de son époux.

Le tribunal administratif de Toulouse a rejeté ce jeudi 13 la requête d'une veuve française qui réclamait au CHU de Toulouse la restitution, à des fins "de conservation", du sperme congelé de son mari mort en 2014 d'un cancer.

Le tribunal a suivi l'avis du rapporteur public qui avait validé le refus de l'hôpital toulousain de rendre les échantillons. Les attendus de la décision du juge n'ont pas été communiqués. Le 31 mai, le Conseil d'État avait autorisé en revanche un transfert de sperme réclamé par une veuve espagnole.

La plus haute juridiction administrative française avait expliqué que si l'insémination post-mortem est autorisée en Espagne, elle reste interdite en France, une interdiction conforme à la réglementation européenne, selon elle. En outre, mercredi à Rennes, la justice française a accédé pour la première fois à la demande d'une Française d'exporter les gamètes de son mari, en vue d'une insémination post-mortem.

La requérante, âgée de moins de 30 ans, a perdu en janvier 2016 son mari malade, puis son enfant à quelques jours du terme. "Des circonstances exceptionnelles justifient qu'il soit enjoint au centre hospitalier régional universitaire de Rennes de prendre toutes les mesures utiles afin de permettre l'exportation, dans un établissement européen acceptant de procéder à une insémination post-mortem, des gamètes d'un époux décédé", a déclaré le tribunal administratif de Rennes dans un communiqué de presse.

Interrogé par l'AFP, Me Amaury Pigot, l'avocat de la veuve toulousaine, n'a pas souhaité commenter la décision du tribunal. Il avait indiqué auparavant qu'en cas de rejet, sa cliente ne devrait pas interjeter appel.

L'avocat avait précisé mardi que pour cette veuve, âgée d'une trentaine d'années, cette action n'avait pas été engagée dans le but d'une insémination à l'étranger car les délais légaux étaient dépassés dans tous les pays où c'était possible.

Elle souhaitait conserver les échantillons de sperme afin de pouvoir profiter d'un changement de législation s'il intervenait.

Les échantillons peuvent se conserver jusqu'à 20 ans mais la loi impose de les détruire à la mort du mari, destruction suspendue dans ce cas par les procédures judiciaires.

Le couple avait déjà entamé ses démarches pour une procréation médicalement assistée quand le cancer du mari avait été diagnostiqué en 2013. Face à l'évolution fulgurante de la maladie, le couple avait demandé une insémination mais un collège de médecins du CHU de Toulouse s'y était opposé. Le mari était décédé le 28 février 2014.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le tribunal administratif de Toulouse a rejeté ce jeudi la requête d'une Française qui réclamait au CHU de Toulouse la restitution du sperme congelé de son mari.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-