Istres: l'armée se fait voler un camion et un tractopelle dans la nuit

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Istres: l'armée se fait voler un camion et un tractopelle dans la nuit

Publié le 24/01/2017 à 13:11 - Mise à jour à 13:19
©Bertrand Guay/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un camion, sa remorque et un tractopelle appartenant à l'armée française ont disparu d'une base militaire dans la nuit du 14 au 15 janvier. Un vol de taille quelque peu embarrassant qui a donné lieu à deux enquêtes. L'une pour retrouver les voleurs, l'autre pour identifier les dysfonctionnement qui ont pu permettre le larcin.

Perdre ses clés ou son téléphone portable, cela peut arriver à tout le monde. Perdre deux engins de chantier de quelques tonnes chacun dont un de plus de 10 mètres de long, c'est un peu plus inhabituel. Surtout lorsque ce matériel appartient à l'armée et est stationné près d'une base militaire.

C'est pourtant ce qui est arrivé mi-janvier à Istres, où est stationné le 25e Régiment du Génie de l’Air, et pour qui cette insolite mésaventure a eu lieu. Selon Europe 1 qui révèle l'affaire ce mardi 24, un camion Renault Premium -un véhicule pouvant transporter des chars- sa remorque et son chargement -rien de moins qu'un tractopelle-, ont disparu alors qu'ils étaient stockés à proximité de la base aérienne 125, dans la nuit du 14 au 15 janvier dernier.

La taille du convoi laisse difficilement imaginer qu'il puisse passer inaperçu, mais la gendarmerie de l'Air en charge de l'enquête ne l'avait toujours pas retrouvé ce mardi. Elle a donc sollicité l'aide des policiers et gendarmes de France en leur envoyant le signalement des véhicules dérobés.

Cette enquête s'orienterait vers un vol lié à un trafic d'engins de chantier organisé depuis l'étranger ou vers le grand banditisme.

En parallèle, une enquête interne aurait été ordonnée par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, afin de comprendre comment ce vol quelque peu embarrassant pour l'armée a pu avoir lieu. Elle a été confiée à l'Inspection générale des armées , un organe composé de représentants des trois corps d'armée (Terre, Mer, Air), de la gendarmerie et de la Direction générale de l'armement dont le but est d'identifier d'éventuels dysfonctionnements. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La gendarmerie de l'air est en charge de l'enquête pour retrouver les véhicules volés (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-