Jarny: le voisin pédophile vit toujours à 20 mètres de sa petite victime

Jarny: le voisin pédophile vit toujours à 20 mètres de sa petite victime

Publié le 27/06/2018 à 12:36 - Mise à jour à 12:51
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un père de famille se bat pour que le voisin qui a agressé sexuellement sa fille de 10 ans n'habite plus à 20 mètres de leur maison de Jarny en Meurthe-et-Moselle. Il a décidé de rallier le ministère de la Justice à vélo pour demander une entrevue à la garde des Sceaux.

Françis Siedlewski est un homme en colère et en lutte. Ce père d'une petite fille de 10 ans se bat pour obtenir une mesure d'éloignement de son voisin, reconnu coupable d'une agression sexuelle sur l'enfant en 2017. Pour autant, ce dernier vit toujours dans le même lotissement que sa petite victime, à 22 mètres exactement de la maison familiale située à Jarny en Meurthe-et-Moselle.

Les faits s'étaient déroulés en 2016 alors que la petite victime n'avait que 8 ans. Comme le rapporte Le Républicain Lorrain, l'agresseur avait été condamné, confondu par son ADN, en décembre dernier par le tribunal correctionnel de Briey à un an de prison avec sursis assorti de cinq ans de mise à l’épreuve mais aucune mesure d'éloignement n'avait été prise. Françis Siedlewski avait alors entamé une grève de la faim devant la mairie de la ville pour obtenir cette dernière, en vain.

Lundi 25, la cour d'appel de Nancy a de nouveau refusé la mesure d'éloignement, enjoignant toutefois l'agresseur à ne plus entrer en contact avec sa victime. Une situation qui ne satisfait pas le père comme il l'a expliqué au quotidien: "Je le rappelle une énième fois: cet homme habite à 22 mètres de mon domicile! Vous pensez vraiment que l’on ne va pas le croiser? Il suffit qu’il aille dans le jardin, qu’il sorte de chez lui, pour rencontrer ma petite. Sans compter les insultes quotidiennes proférées par la compagne de ce…".

Lire aussi - Le grand-oncle pédophile abusait son petit-neveu: à sa demande, selon lui

La situation serait très mal vécue par la petite fille qui subi un important stress depuis son agression. Au point de provoquer une opération de l'estomac selon Françis Siedlewski: "Elle avait des nœuds à cause du stress et a dû passer six heures au bloc".

En désespoir de cause, le père a décidé lundi de rallier le ministère de la Justice à Paris en vélo (soit plus de 300 kilomètres) pour tenter d'être reçu par le garde des Sceaux, Nicole Belloubet et faire médiatiser son affaire. "Je veux qu’on m’écoute et qu’on accède, ENFIN, à ma demande", a-t-il expliqué. Et d'ajouter: "Sinon, il y aura un drame. Je ne le cache plus: la cocotte va exploser. Je ne peux plus vivre à côté de l’agresseur de ma fille. Une agression sexuelle, vous vous rendez compte? Et je le répète, à 22 m de distance. Tout ce que je fais, c’est pour elle, c’est pour ma petite".

Françis Siedlewski espère arriver à Paris vendredi 29.

De son côté, le voisin, un homme de 71 ans, conteste sa condamnation. Son avocat, Me Gérard Kremser est opposé à toute mesure d'éloignement car, "il est quasiment aveugle et sa maison est adaptée à son handicap", a-t-il précisé à France Bleu.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Françis Siedlewski espère obtenir un mesure d'éloignement de son voisin pédophile.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-