Jean-Vincent Placé victime d'une agression

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Jean-Vincent Placé victime d'une agression

Publié le 05/09/2017 à 20:54 - Mise à jour à 20:59
©Witt/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le sénateur de l'Essonne Jean-Vincent Placé a été agressé dans la nuit de samedi à dimanche, selon une information de RTL. Plusieurs individus l'auraient frappé au visage afin de lui dérober sa montre.

Jean-Vincent Placé, sénateur de l'Essonne et ancien secrétaire d'Etat a été victime d'une agression dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3, révèle ce mardi 5 la radio RTL. Il aurait été frappé à plusieurs reprises au niveau du cou et de la lèvre supérieure . Des informations qui laissent supposer qu'il n'a pas eu de graves séquelles physiques, mais aucune communication officielle n'avait eu lieu mardi soir sur son état de santé.

On ignorait également si ses agresseurs avaient reconnu l'ancien secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification au sein des gouvernements Valls II et Cazeneuve. Toutefois, toujours selon RTL, leur mobile aurait été loin d'être politique puisque c'est après la montre de luxe de Jean-Vincent Placé qu'ils en auraient eu.

La police judiciaire parisienne a été chargée de l'enquête, laquelle n'aurait cependant encore mené à aucune interpellation. De nombreuses questions restaient par ailleurs ce mardi soir sans réponse, notamment quant au lieu de l'agression.

Discret depuis qu'il a quitté le gouvernement après la victoire d'Emmanuel Macron, Jean-Vincent Placé est également président de l'Union des démocrates et des écologistes (UDE)

Plusieurs responsables politiques ont été victimes de violences ces derniers mois. On peut citer le cas de Nathalie Kosciusko-Morizet en juin dernier, ainsi que de la députée LREM Laurianne Rossi en juillet. Mercredi 30 août, le cadre PS Boris Faure a reçu plusieurs coups de casque de la part du député désormais ex-LREM M'jid El Guerrab. Mais à chaque fois, ces agressions étaient motivées (semble en partie motivée dans le dernier cas) par un désaccord politique.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Jean-Vincent Placé aurait été touché au cou et çà la lèvre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-