Jeux du piment, du foulard: ces défis mortels pour les enfants et les signes pour les repérer

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Jeux du piment, du foulard: ces défis mortels pour les enfants et les signes pour les repérer

Publié le 20/11/2017 à 18:09 - Mise à jour à 18:40
©Jeff Pachoud/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le "jeu du piment" est le dernier venu d'une longue liste de défis que se lancent les adolescents. Ces "jeux" parfois mortels revêtent plusieurs formes et sont connus sous plusieurs noms. Il existe certains signes qui doivent alerter les parents.

Face au développement du "jeu du piment", la gendarmerie nationale a diffusé dimanche 19 une mise en garde contre cette pratique, dernière née d'une longue liste de "défis" dangereux que se lancent enfants ou adolescents.

En effet, si les modalités changent, le principe reste toujours le même: se mettre en danger, découvrir ses limites ou encore s'intégrer ou se différencier.

Le ministère de l'Education liste ainsi différents types de "jeux" (source). Ceux de non-oxygénation relèvent "de la strangulation, de la compression, de l’apnée conduisant à la suffocation, l’asphyxie, ou encore à l’évanouissement".

Le "jeu du foulard" est le plus connu de ces comportements populaires chez les élèves de 6e et 5e et qui existent également sous les appellations de "trente secondes de bonheur", "jeu des poumon", "jeu de la tomate", "rêve indien" ou "rêve bleu".

Les jeux de défis, dont celui du piment, sont également populaires chez les adolescents ou préadolescents à la recherche de l'exploit. Outre cette idée de projeter ou écraser des piments dans les yeux, dans la bouche ou sur la peau d’autres camarades, le "Blue whale challenge" qui va jusqu'à la tentative de suicide avait déjà provoqué une vague d'inquiétude en France. De même que le "jeu des 72 heures", le RER-surfing ou même "A l'eau ou un resto". Ces deux derniers, également prisés de jeunes adultes avec souvent l'objectif de se filmer pour faire le buzz, ont fait des victimes. 

A lire aussi: RER Surfing: ces ados qui se filment accrochés aux trains en marche

Existent enfin les jeux d'agression dans lesquels l'agresseur est mis au défi ou forcé par un groupe à s'en prendre à un individu seul, physiquement ou psychologiquement. On parle le plus souvent du "happy slapping", mais des variantes comme le "hot water challenge", qui consiste à ébouillanter la victime, existent aussi.

La difficulté pour les parents consiste bien sûr à en repérer les signes, d'autant plus qu'ils sont souvent les dernières personnes avec lesquels les enfants souhaitent en parler.

Pour les jeux de non-oxygénation, il s'agit de traces rouges autour du cou, joues et yeux rouges, violents maux de tête à répétition, troubles visuels passagers, bourdonnements d’oreilles, sifflements, fatigue, défaut de concentration, oublis, absences brèves de la conscience, défaut de la mémoire récente. Souvent, l'enfant cherche à toujours avoir su lui un lien (écharpe, foulard, corde...), se montre agressif, s'isole ou se montre curieux sur le sujet de l'asphyxie.

Pour les victimes de jeux d'agression ou de défi, il s'agit de blessures, traces de coups, vêtements abîmés, vols. Mais aussi de manifestations neurovégétatives-somatiques: sueurs, tremblements, douleurs abdominales, nausées… Le jeune se montre anxieux, dort mal, refuse d'aller en cours et là encore peut se montrer agressif.

Selon une enquête datant de 2007, 12% des enfants de 4 à 17 ans auraient déjà participé à ce type de "jeux".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le jeu du piment et autres défis présentent des risques mortels pour les enfants.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-