"Jungle" de Calais: début du démantèlement de la partie sud

"Jungle" de Calais: début du démantèlement de la partie sud

Publié le 29/02/2016 à 13:34 - Mise à jour à 13:36
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Validé par la justice il y a quelques jours, le démantèlement de la partie sud de la "jungle" de Calais a débuté ce lundi matin. Sur place, un important dispositif policier est déployé tandis qu'une vingtaine de personnes d'une entreprise privée, mandatée par l'Etat, se chargent de démonter les abris.

Les premiers enlèvements des abris vides situés dans la zone sud de la "jungle" de Calais, promise à évacuation à la suite d'une décision de justice, ont débuté ce lundi 29 sous la protection d'un important dispositif policier, a constaté l'AFP sur place.

Deux bulldozers et une vingtaine de personnes d'une entreprise privée mandatée par l'Etat se chargeaient de démonter une vingtaine d'abris située sur une zone de 100 mètres sur 100 encadrée par des CRS, mettant les détritus dans une benne. Plusieurs migrants venaient cependant récupérer des affaires personnelles ou des bonbonnes de gaz pour les installer plus loin dans la "jungle".

Jeudi, le gouvernement, qui veut démanteler le plus grand bidonville de France où survivent entre 3.700 et 7.000 migrants selon les sources, avait obtenu gain de cause auprès de la justice administrative pour une évacuation de la zone sud camp, contestée par migrants et associations, mais les autorités avaient immédiatement assuré qu'elles n'entendaient pas recourir à la force.

"Entre 800 et 1000 personnes" vivent sur cette partie de la "jungle" selon la préfecture, 3.450 selon les associations. La zone Nord, qui abrite dans des tentes et cabanes entre 1.100 et 3.500 réfugiés selon les sources, n'était pas concernée par cette décision de justice.

Plus de 30 véhicules de CRS et deux camions anti-émeutes étaient stationnés à l'entrée ouest du camp. Les forces de l'ordre ont pour but de "sécuriser" les maraudes sociales censées offrir des solutions d'hébergement aux migrants du bidonville, a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais. Une activiste no border britannique -un mouvement altermondialiste qui lutte pour l'abolition des frontières- a été interpellée lors de cette opération, ont indiqué deux sources policières.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais a commencé ce lundi matin.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-