"Jungle" de Calais: le démantèlement de la zone sud a pris fin

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

"Jungle" de Calais: le démantèlement de la zone sud a pris fin

Publié le 16/03/2016 à 17:48 - Mise à jour à 17:51
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le démantèlement de la zone sud de la "jungle" de Calais s'est terminé ce mercredi après-midi, plus de deux semaines après le début de l'opération. Ce terrain de 7,5 hectares abritait environ un millier de personnes selon la préfecture.

Les dernières cabanes de la zone sud de la "jungle" de Calais, dont le démantèlement a débuté le 29 février, ont été enlevées ce mercredi 16 après-midi, a constaté un journaliste de l'AFP. Il restait encore une dizaine d'abris mercredi matin sur cette zone de 7,5 hectares où vivait auparavant environ un millier de personnes selon la préfecture. Seuls y subsistent quelques "lieux de vie", que la préfecture s'était engagée à préserver.

La zone ainsi dégagée ressemble à un immense terrain vague, jonché de débris divers -détritus, sacs de couchage, morceaux de bois et de tentes...- où certains bénévoles viennent récupérer quelques objets pour les transporter dans la zone nord du bidonville. C'est dans cette dernière que 80% des migrants, selon les associations, se seraient en effet repliés. La préfecture du Pas-de-Calais admet que des migrants se sont repliés sur la zone nord, mais leur nombre est "impossible" à estimer pour le moment, selon cette source.

Tout démantèlement de cette partie serait "inacceptable de la part du gouvernement", ont mis en garde mercredi plusieurs associations actives dans la "jungle", dans une déclaration commune. Cela poserait "plus de problèmes que pour le sud: où vont aller tous ces gens?", a relevé auprès de l'AFP François Guennoc, de l'Auberge des migrants, MSF s'alarmant pour sa part de "conditions sanitaires très préoccupantes".

Les intentions précises du gouvernement sur ce secteur nord n'étaient pas connues mercredi après-midi. La préfecture a toutefois affirmé, à plusieurs reprises, qu'elle entendait limiter les capacités du site à 2.000 personnes, mais uniquement dans les hébergements en dur: les conteneurs du Centre d'accueil provisoire (CAP) pouvant accueillir 1.500 personnes, et le centre d'accueil Jules Ferry, avec 400 places destinées aux femmes et enfants.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les dernières cabanes de la zone sud de la "jungle" de Calais ont été enlevées ce mercredi après-midi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-