Jura: une petite fille entre la vie et la mort après avoir été battue par ses parents

Jura: une petite fille entre la vie et la mort après avoir été battue par ses parents

Publié le 12/06/2017 à 12:56 - Mise à jour à 13:04
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Depuis vendredi, une petite fille de trois ans se trouve entre la vie et la mort au CHU de Besançon. Plongée dans le coma, les médecins et policiers pensent qu'elle a été battue à de très nombreuses reprises par sa mère, âgée de 23 ans, et son concubin. Ils ont été placés en garde à vue.

Une enfant de trois ans est plongée dans le coma depuis vendredi 9 au CHU de Besançon, dans le Jura. Originaire de la ville de Dole, elle avait été amenée à l'hôpital de sa commune par sa mère, âgée de 23 ans. L'état de la petite fille était si dégradé qu'elle a été transférée en urgence au CHU très peu de temps après.

Les médecins qui se sont occupés d'elle ont immédiatement prévenu la police. En effet, l'enfant présentait de très nombreuses traces de coups et de brûlures. La mère et son concubin ont été placés en garde à vue. Aux policiers, la mère a expliqué que sa fille était régulièrement victime de crises d'épilepsie et qu'elle se blessait en convulsant. Mais cette explication n'a convaincu personne: du bassin jusqu'aux pieds, la petite était couverte de bleus, selon Le Progrès, elle avait aussi d'importantes brûlures sur les fesses et son visage n'avait pas été épargné.

Pour les médecins et les enquêteurs, la petite fille a certainement été victime de coups et d'humiliations depuis sa naissance. Son pronostic vital est engagé et les soignants doutent que l'enfant survive à de telles blessures. Sa mère et le compagnon de celle-ci se sont rendus devant le parquet de Besançon pour répondre de "violences volontaires ayant entrainé une infirmité permanente".

La mère a expliqué qu'elle vivait seule avec son enfant, qu'elle n'avait toujours pas inscrite à l'école. Pour le parquet, cette petite famille vivait dans une grande détresse sociale.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La petite fille a été transférée en urgence au CHU de Besançon à cause de son état de santé critique.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-