L214 dénonce "l'enfer des cages" des poules pondeuses (VIDEO)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

L214 dénonce "l'enfer des cages" des poules pondeuses (VIDEO)

Publié le 25/05/2016 à 09:31 - Mise à jour à 09:37
©HO/L214/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'association L214, qui milite contre la consommation de viande, a publié une nouvelle vidéo dénonçant les conditions d'élevage des animaux. Il s'agit cette fois d'un élevage de poules pondeuses de l'Ain où la vermine côtoie les cadavres en décomposition.

Après les abattoirs, l'association L214 veut cette fois dénoncer les conditions d'élevage "alarmantes" de poules pondeuses dans l'Ain avec une nouvelle vidéo choc publiée ce mercredi 25.

Tournées selon L214 en avril dans le Gaec du Perrat à Chaleins, les images montrent des poules déplumées, une prolifération de poux, d'asticots, des cadavres de volailles en état de décomposition avancée gisant dans des cages, des accumulations de fiente.

"La situation dans cet élevage perdure, il y a eu des arrêtés préfectoraux mais ça ne va pas plus loin. Donc on porte plainte pour maltraitance sur animaux, on demande au préfet la fermeture, aux enseignes qui vendent leurs œufs d'arrêter et aux consommateurs de réfléchir à leur consommation", explique à l'AFP Brigitte Gothière, cofondatrice de l'association qui milite pour un monde sans consommation de viande.

Selon elle, l'élevage livre notamment des œufs sous marque Matines (propriété du groupe Avril) et distribués par Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché et Super U.

Proche de Villefranche-sur-Saône, le Gaec du Perrat fait de l'élevage industriel de porcs et de volailles. Sur son site internet, il indique "accueillir 200.000 poules pondeuses" et disposer de "150.000 places" pour les poulettes. Il assure que l'élevage industriel en cage (code 3 sur les œufs), "dénigré à l'heure actuelle", est "pourtant l'un des seuls pouvant vous garantir une réelle fraicheur des œufs" et que la poule en cage "bénéficie d'une sécurité bactériologique parfaite".

Il s'agit du plus gros élevage de poules dans un département essentiellement producteur de volailles haut-de-gamme, les poulets de Bresse.

La préfecture de l'Ain a déjà pris plusieurs arrêtés sur ce Gaec. Dans l'un d'eux, datant du 6 janvier 2016, elle confirme que lors d'une inspection en août 2015 a été constatée "la présence importante de mouches dans le hangar +poulettes+ et de larves dans le hangar +pondeuses+" et relève des "accumulations de fientes". Le texte évoquait aussi plusieurs courriers d'une mairie proche se plaignant de la prolifération de mouches dans le voisinage.

La direction départementale de la protection des populations de l'Ain a assuré à l'AFP suivre la situation de prés et multiplier les inspections. L'élevage a notamment été mis en demeure sur l'aspect sanitaire et son activité a été brièvement suspendue fin mars. Le dernière inspection, en date du 18 mai, va entraîner de nouvelles demandes de mise en conformité, sans pour autant entraîner de nouvelle fermeture, assure Laurent Bazin, directeur de la DDPP. Contacté par l'AFP, le responsable du Gaec n'a pas souhaité réagir.

 

Retrouvez ici notre dossier : "Maltraitance dans les abattoirs: consommer éthique, c'est possible"

(Voir ci-dessous la vidéo publiée par L214):

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Habituée à dévoiler les conditions de vie et d'abattage des animaux, L214 a publié une nouvelle vidéo sur un élevage de poules pondeuses.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-