La factrice en arrêt-maladie se suicide, ses collègues évoquent un "harcèlement"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

La factrice en arrêt-maladie se suicide, ses collègues évoquent un "harcèlement"

Publié le 25/10/2018 à 20:26 - Mise à jour à 20:32
©Rina Sergeeva/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une factrice de 44 ans s'est donnée la mort par pendaison mercredi. Elle était en arrêt-maladie depuis plusieurs mois, et avait envoyé des messages à ses collègues avant de se suicider.

Elle a mis fin à ses jours à son domicile: une factrice âgée de 44 ans et affectée au centre de Sarlat en Dordogne a été retrouvée pendue mercredi 24, comme le rapporte France bleu Périgord. La quadragénaire, en arrêt-maladie, aurait envoyé trois SMS à des collègues avant de se donner la mort.

La victime avait été arrêtée il y a plusieurs mois pour cause de dépression. Elle encadrait elle-même une équipe de plusieurs facteurs. Selon plusieurs sources, cette mère d'un enfant ressentait une dégradation de ses conditions de travail dans le cadre d'une réorganisation de son lieu de travail. Selon une information de l'Agence France Presse, des représentants syndicaux ont évoqué un suicide qui "n'est pas une surprise, on se demandait qui ce serait, où et quand". Pour eux, le lien entre la mort de factrice et les évolutions de son poste ayant dérivé vers un contexte de "harcèlement" sont une des causes de son geste désespéré. Certains de ses collègues ont d'ailleurs exercé leur droit de retrait ce jeudi 25.

Le jour de la mort, selon une source syndicale, la factrice avait reçu une visite de contrôle médical pour attester de son état de santé. Elle se plaignait également, toujours selon les informations de France bleu Périgord, de la pression que faisait peser sur elle ses managers, y compris durant son arrêt-maladie. Une enquête de gendarmerie a été ouverte.

Voir aussi - Hautes-Pyrénées: un CRS se suicide en plein après-midi dans un parc

La direction régionale de La Poste a pour sa part appelé "aux plus grandes prudence et retenue" sur les causes du suicide, et demandé le "respect de la douleur des proches".

La situation sociale est particulièrement tendue sur le secteur puisque mercredi 24, selon le journal Sud-Ouest, une réunion liée à la réorganisation du travail à Siorac-en-Périgord, à une trentaine de kilomètres de Sarlat, s'est terminée par un "accrochage violent" entre un facteur et un encadrant. Le facteur a été mis à pied.

Lire aussi:

La "faute inexcusable" retenue contre Lidl après le suicide d'un employé

Loire: l'handicapé tire sur un automobiliste garé sur une place réservée et se suicide

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La factrice s'est pendue après plusieurs mois d'arrêt-maladie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-