La femme battue depuis 47 ans avait abattu son mari d'une balle dans la tête: 8 ans de prison

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

La femme battue depuis 47 ans avait abattu son mari d'une balle dans la tête: 8 ans de prison

Publié le 10/11/2016 à 11:47 - Mise à jour à 11:55
©Fayolle Pascal/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Béatrice Marion a été condamnée ce jeudi à huit ans de prison pour avoir abattu son mari violent d'une balle en pleine tête, en 2014. Celui-ci, atteint de graves crises suite à une dépression, avait été son tortionnaire pendant près de cinq décennies.

Son calvaire a duré près d'un demi-siècle. Béatrice Marion, 67 ans, a été condamnée ce jeudi 10 à huit ans de prison pour avoir abattu son mari violent qui l'avait maltraitée tout au long de leurs 47 années de vie conjugale. "C'est le prix à payer pour avoir mis fin délibérément à une vie humaine", a déclaré l'avocat général de la cour d'assises de Perpignan qui a rappelé qu'"on n'a pas à se faire justice soi-même", selon France Bleu Roussillon.

Les faits remontent au 26 avril 2014. L'accusée était rentrée chez elle après avoir quitté le domicile conjugal suite à un énième crise violente de son mari, qui l'avait frappée la veille alors qu'il était saisi d'une nouvelle crise de délires et d'hallucinations, mal qui le touchait depuis une dépression remontant à 1975. La sexagénaire a alors découvert son époux dans un état de rage inouïe, selon elle, et a pris peur. Elle s'est alors saisie du revolver 357 Magnum qu'il lui avait acheté, s'est approché du canapé dans lequel il était assis, et lui a tiré une balle en pleine tête.

Béatrice Marion, qui avait elle-même appelé les secours, a toujours reconnu avoir tué son mari. Tout au long des investigations, puis du procès, elle n'a jamais cherché à l'accabler, affirmant regretter au plus haut point son geste. Pourquoi n'avoir jamais porté plainte, ou n'avoir cherché à quitter son tortionnaire? "On n'abandonne pas quelqu'un de malade", a-t-elle répondu lors de son procès, selon BFMTV.

"Les coups au début, ce n'était pas permanent, je pensais que ça allait changer", a-t-elle également déclaré, semblant minimiser la portée des violences qu'elle a subies: "il ne m'a jamais cassé un membre, je n'ai jamais été hospitalisée". Stéphane Pocher, qui a suivi le procès pour France Bleu, n'hésite pas à avancer que, tout au long des ses prises de parole, la sexagénaire devenue meurtrière a "laiss(é) entrevoir à quel point elle aime toujours de tout son être" celui qui l'a pourtant violentée pendant cinq décennies.

Condamnée à huit ans de prison, Béatrice Marion retrouvera la liberté à l'âge de 75 ans si elle effectue l'intégralité de sa peine. Après 47 ans à subir des violences conjugales, et avec la mort de l'être aimé sur la conscience.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La sexagénaire devenue meurtrière a "laiss(é) entrevoir à quel point elle aime toujours de tout son être" tout au long du procès, selon France Bleu.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-