La mère demande à son compagnon de fracasser le crâne de son fils d'un an

La mère demande à son compagnon de fracasser le crâne de son fils d'un an

Publié le 10/08/2018 à 18:02 - Mise à jour à 18:04
© SUZANNE CORDEIRO / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une mère de famille a demandé à son compagnon de battre à mort son petit garçon pour son premier anniversaire à la fin du mois de juillet dernier à La Nouvelle-Orléans, aux Etats-Unis. Et l'homme de 29 ans s'est exécuté. Le petit garçon prénommé Aaron est décédé à l'hôpital.

Une mère de famille et son compagnon sont actuellement détenus à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane aux Etats-Unis. Elle est accusée d'entrave à la justice. Lui également en plus de deux chef d'accusation: cruauté juvénile et meurtre au premier degrés.

Au premier anniversaire de Aaron, le 31 juillet dernier, le petit garçon de Jennider Avila, elle aurait demandé à son compagnon de le battre à mort.

Et Fernando Darocha, âgé de 29 ans, se serait exécuté. Après avoir été copieusement battu, le petit garçon qui était encore vivant a été emmené aux urgences par les deux adultes.

A voir aussi: Mort d'une femme battue au Brésil, le drame filmé en partie (vidéo)

Dans un hôpital de La Nouvelle-Orléans, ils auraient alors expliqué au personnel soignant que le petit Aaron s'était cogné contre un robinet avant de finalement avouer l'horrible vérité selon le Sun.

"Je peux vous dire que ce type n'a montré aucun remords, aucun sentiment à propos de ce qu'il a fait à cet enfant", a expliqué le capitaine Lloyd, chargé de l'enquête, à propos du bourreau présumé du petit garçon.

"Nous ne pouvons pas dire avec certitude ce qu'il a fait ou comment il l'a fait, mais il ne fait aucun doute que cet enfant a été sévèrement battu, jeté contre un mur ou une baignoire", a poursuivi le policier.

L'enfant a en effet été frappé si fort que son crâne, qui était en outre couvert de bleus, ressemblait "à une coquille d'œuf écrasée" à son arrivée à l'hôpital. Vendredi 3, le personnel médical a finalement décidé de débrancher le petit garçon, jugeant qu'il n'y avait plus rien à faire pour le ramener à la vie.

La mère de Aaron et son compagnon sont aujourd'hui en détention, ils sont également poursuivis par l'administration américaine: leurs papiers n'étant pas en règle, ils sont considérés comme fugitifs par l'administration.

A lire aussi:

Bretagne - battu à mort pour une dette de drogue "ridicule"

A 8 mois, la petite fille est battue à mort par son père de 17 ans

Doubs - soupçonné d'être un pédophile, il est battu et torturé dans un bois

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les deux adultes ont nié les faits avant de reconnaître leur implication dans la mort du petit garçon.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-