La première "salle de shoot" de France inaugurée dans l'hôpital Lariboisière à Paris

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

La première "salle de shoot" de France inaugurée dans l'hôpital Lariboisière à Paris

Publié le 11/10/2016 à 08:44
©Flickr Creative Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le premier lieu où des usagers de drogues injectables pourront consommer dans un espace sécurisé et médicalisé est inauguré mardi à Paris, et recevra les premiers toxicomanes vendredi. Le projet est loin de faire l'unanimité.

La ministre de la Santé Marisol Touraine et la maire de Paris Anne Hidalgo visitent mardi la première "salle de shoot" en France, un projet controversé, qui ouvrira ses portes vendredi 14 à l'hôpital Lariboisière (Xe arrondissement).

Cette "salle de consommation de drogue à moindre risque" (SCMR), selon l'appellation exacte, est une première en France où l'expérimentation est très attendue par les associations de lutte contre la toxicomanie.

La salle, qui sera visitée par la maire et la ministre en petit comité, accueillera vendredi après-midi ses premiers usagers, sans autre publicité.

Avec le lancement de cette expérimentation, la France rejoint les nombreux pays (Allemagne, Australie, Canada, Espagne, Danemark, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas et Suisse) où de tels espaces ont fait la preuve de leur efficacité ces dernières années.

Ouverte de 13h30 à 20h30 chaque jour et aménagée sur 450 m2 dans l'enceinte même de l'hôpital avec une entrée séparée, la salle comprend un accueil, une salle d'attente et une salle de consommation.

Elle pourra accueillir chaque jour une centaine de personnes, obligatoirement majeures. Une vingtaine de médecins, infirmiers, éducateurs, assistants sociaux et agents de sécurité seront à leur disposition.

L'ouverture de cette salle, dans le cadre d'une expérimentation de six ans, est permise par la loi santé adoptée en décembre dernier par le Parlement.

Ces salles sont réservées aux toxicomanes majeurs qui s'injectent des produits qu'ils apportent eux-mêmes, sous la supervision de personnes qualifiées, avec du matériel stérile.

Strasbourg a également annoncé l'ouverture prochaine d'une SCMR au sein du Nouvel Hôpital civil et Bordeaux est également candidate.

La salle parisienne sera dirigée par l'association Gaia Paris, implantée sur la capitale depuis plus de 10 ans et gérant déjà deux programmes à destination des toxicomanes, échanges de seringues ou centre de soins et d'accueil dans un minibus.

Le quartier de la gare du Nord, derrière laquelle se trouve Lariboisière, est le quartier le plus touché de Paris par la consommation de drogue. Dès 1995, des distributeurs de seringues y ont été implantés.

Le Conseil de Paris a voté en mars dernier l'attribution d'une subvention de 850.000 euros pour ouvrir cette salle. Son fonctionnement sera en revanche assuré par la Sécurité Sociale.

Ces salles, demandées depuis des années en France par les associations et une partie du corps médical, sont très contestées par d'autres spécialistes qui les jugent contre-productives ou des riverains qui craignent des troubles de voisinage.

L'initiative parisienne est également critiquée à droite. Lundi, lors du point de presse hebdomadaire du parti Les Républicains, une des porte-parole, Brigitte Kuster, a pointé "le risque d'un encouragement de la présence des dealers".

Un autre porte-parole, Philippe Juvin, médecin anesthésiste, a affirmé qu'il y a en France "un système très organisé de substitution" avec un médicament comme le Subutex. "Nous n'attendons aucun effet bénéfique d'une salle de shoot", a-t-il ajouté.

Dimanche 9 sur France Inter, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR à la primaire de la droite, s'était prononcée "contre". "Dans la salle de shoot, il n'y a pas de thérapies. Ce qui est proposé, c'est d'avoir une amélioration sanitaire" mais "pas d'accompagnement pour pouvoir s'en sortir", avait ajouté l'élue parisienne.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le matériel stérile et sécurisé sera fourni aux toxicomanes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-