La CGT coupe l'électricité à TF1 et Canal + (et dans tout le quartier)

La CGT coupe l'électricité à TF1 et Canal + (et dans tout le quartier)

Publié le 30/11/2017 à 16:23 - Mise à jour à 16:32
© bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les militants de la CGT Energies ont frappé fort ce jeudi en coupant le courant de tout un quartier de Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine. La tour de la chaîne TF1 et les locaux de Canal+ ont été plongés dans le noir.

Les militants de la CGT Energies et des salariés du groupe Enedis ont frappé fort ce jeudi 30. Dès 10h du matin, ils ont coupé le courant de tout un quartier de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. Et ils n'ont pas choisi n'importe quelle zone puisque c'est celle où se trouvent les locaux de Canal+ ainsi que la tour de TF1.

Les deux grands médias, et d'autres entreprises présentes aux abords du quai du Point-du-Jour, se sont donc retrouvés dans le noir le plus complet. Depuis, les bâtiments ont été reliés à des générateurs de secours pour que leurs programmes ne soient pas affectés.

Mais c'est tout de même une opération coup de poing qui a fait du bruit pour les militants. Ils voulaient protester contre les ordonnances et la réforme du code du Travail ainsi que contre les fusions diverses dans le secteurs de l'énergie.

A lire aussi: Réforme du code du travail: l'Assemblée vote les ordonnances

Quelque 120 manifestants s'étaient même rassemblés devant un poste-source. "On a évidement pas choisi ce lieu au hasard. Ce poste-source couvre la moitié de Boulogne et notamment le quartier où il y a plusieurs médias. Nos coupures sont ciblées" a expliqué Frédéric Probel, syndicaliste CGT, au Parisien.

Sur les réseaux sociaux, les avis ont cependant été très partagés sur cette action. Si certains internautes applaudissaient l'initiative ,"unique moyen de se faire entendre", d'autres pointaient du doigt qu'il n'y avait pas que de grands groupes qui étaient touchés bien que les grévistes disaient ne pas vouloir importuner les particuliers.

"Et on s'en fout des enfants, des malades, des gens bloqués dans les parking, des ascenseurs? Une partie d'une ville prise en otage... Bravo les gars!", s'insurgeait par exemple une internaute.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ce sont de militants CGT qui ont coupé le courant dans un quartier de Boulogne-Billancourt.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-