Labenne: les singes ont été euthanasiés, ils étaient porteurs d'un virus mortel et transmissible à l'homme

Labenne: les singes ont été euthanasiés, ils étaient porteurs d'un virus mortel et transmissible à l'homme

Publié le 19/05/2017 à 17:36 - Mise à jour à 18:05
©Flickr Creative Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Environ 150 singes vivants délaissés dans un parc animalier à l'abandon ont été euthanasiés ce vendredi. Les autorités ont expliqué que ces animaux étaient pour la plupart infectés par un virus grave, et potentiellement dangereux pour l'homme.

La préfecture l'avait annoncé, elle a tenu parole. Après avoir procédé à l'euthanasie d'environ 150 singes vivant dans un état de quasi abandon dans le parc La Pinède des singes, à Labenne (Landes), des éléments ont été communiqués pour expliquer ce geste radical.

Les macaques de Java étaient porteurs d'un "herpès virus B". La préfecture explique que "ce virus, s’il est peu résistant dans le milieu extérieur, est en revanche très pathogène en cas de contamination humaine. L’infection est en effet responsable d’une encéphalomyélite, mortelle dans 80% des cas en l’absence de traitement, et dans 20% en cas de médication antivirale. Ses séquelles neurologiques et cognitives sont sévères et invalidantes en cas de survie".

Les singes en question étaient à l'origine une attraction, celle de La Pinède des singes. Or, le parc a mis la clé sous la porte en 2016. De nombreux manquements ont entraîné en premier lieu une fermeture administrative avant la mise en liquidation. La préfecture a d'ailleurs évoqué les manquements à l'issue de l'opération, avec notamment des évasions fréquentes, ce qui rendait la perspective d'une extension de la contamination crédible.

Depuis la fermeture, les propriétaires d'un zoo proche de la Pinède, avec l'aide d'une ancienne employée des lieux, venaient nourrir et essayer de soigner les animaux. L’association 30 millions d’amis et la fondation Brigitte Bardot ont également essayé de trouver un abri pour une cinquantaine de ces petits primates. Mais pour les autres, la préfecture, après avoir pris connaissance des tests de dépistage sur les singes, a tranché: l'euthanasie pour tous les animaux.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les animaux étaient pour la plupart infectés par un virus transmissible à l'homme.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-