Lacapelle-Viescamp: un paysan condamné à déplacer sa ferme à cause de… l'odeur de ses vaches

Lacapelle-Viescamp: un paysan condamné à déplacer sa ferme à cause de… l'odeur de ses vaches

Publié le 07/06/2017 à 19:09 - Mise à jour à 19:10
© THIERRY ZOCCOLAN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Nicolas, un agriculteur à la tête d'un troupeau de vaches Salers, originaire du Cantal, a été condamné en appel à déplacer sa ferme. Il a décidé de se pourvoir en cassation. Des habitants de son village lui ont porté secours en mettant en place une pétition pour l'aider. Ce mercredi soir, les 20.000 signatures avaient été dépassées.

Passer de la ville à la campagne peut parfois réserver quelques surprises aux citadins qui n'ont jamais mis un pied (ou une narine) en dehors du bitume et de la pollution. Et un agriculteur du Cantal est en train d'en faire les frais.

Selon une histoire racontée ce mercredi 7 par France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, un agriculteur du tout petit village de Lacapelle-Viescamp (environ 500 habitants), éleveur de vaches Salers (une race bovine prisée pour son lait et sa viande), est actuellement dans la tourmente à cause de l'odeur de ses bêtes.

Il y a huit ans, un couple de Ligériens venant de la ville a emménagé à côté de son exploitation et a décidé de porter plainte car l'odeur du fumier était trop incommodante. Si le tribunal d'Aurillac n'avait d'abord rien retenu contre le paysan, prénommé Nicolas, la justice a finalement donné raison aux citadins après qu'ils aient fait appel. "Ça fait six générations que mes ancêtres travaillent cette terre et on vient nous mettre dehors?" s'est-il insurgé.

La Cour d'appel de Riom a en effet condamné Nicolas à déménager les vaches et le stock de fumier à au moins 50 mètres de son voisin. Ce qui revient pour lui à en réalité déménager toute l'exploitation. Il a donc décidé de se pourvoir en cassation et a reçu le soutien des autres habitants du village. Et bien plus.

Scandalisés par cette histoire, des amis de cet agriculteur cantalien ont créé une page Facebook et mis en place une pétition sur le site change.org. Pétition qui, ce mercredi soir, avait recueilli plus de 20.000 signatures. L'objectif étant d'ensuite la remettre au ministre de l'Agriculture, Jacques Mézard, lui-même Cantalien. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La Cour d'appel de Riom a condamné Nicolas à déménager les vaches et le stock de fumier à au moins 50 mètres de son voisin. (illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-