Laïcité: un instituteur de l'Indre évoque la Bible à ses élèves, il est suspendu par l'inspection académique

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Laïcité: un instituteur de l'Indre évoque la Bible à ses élèves, il est suspendu par l'inspection académique

Publié le 02/03/2017 à 14:38 - Mise à jour à 14:59
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un enseignant d'une école primaire de l'Indre a été suspendu (à titre provisoire) après une dénonciation anonyme. Il lui est rapproché d'avoir abordé avec ses élèves des passages de la Bible. Une pratique qui n'est pas formellement interdite, mais fortement encadrée.

Les élus locaux et une partie des parents d'élèves sont perplexes face à l'importance de la sanction. Un instituteur enseignant à des enfants de CM1 et de CM2 à Malicornay dans le département de l'Indre a été suspendu en février dans l'attente d'un conseil disciplinaire qui aura lieu lundi 6 mars. Sa faute? Il a évoqué lors d'un cours plusieurs passages de la Bible, ce qui enfreint le principe de laïcité.

L'enseignant a d'ailleurs été dénoncé de manière étrange: une lettre émanant d'un obscur "collectif de parents d'élèves", anonyme, a été adressée à l'inspection académique juste avant les vacances d'hiver. Ce dernier a diligenté une enquête et a donc décidé de suspendre sans préavis le professeur, une mesure rarissime pour des faits de cette "importance". La classe de 25 élèves qui regroupe les deux niveaux est depuis prise en charge par une remplaçante.

Les élus locaux (l'école regroupe les enfants de quatre communes) et les représentants syndicaux s'indignent contre une telle sévérité. Les partenaires sociaux estimant en effet que si l'instituteur doit éventuellement être "recadré", une telle sévérité n'aurait d'autre but que de faire un "exemple".

L'enquête de l'administration doit surtout établir dans quelles conditions l'instituteur a évoqué les textes sacrés du christianisme ont été abordé en classe. Le principe de laïcité n'empêche d'ailleurs pas de parler de religion en classe, sous réserve que le dialogue entre l'enseignant et les élèves ne comporte aucune dimension de prosélytisme. Les contours de l'application du principe dans les établissements avaient été redéfinis par une charte en 2013.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'instituteur officiait dans une classe regroupant des CM1 et des CM2.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-