L'ancien procureur de Nanterre Philippe Courroye poursuivi pour homicide involontaire

L'ancien procureur de Nanterre Philippe Courroye poursuivi pour homicide involontaire

Publié le 16/02/2015 à 16:31 - Mise à jour à 17:17
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): EB
-A +A

L'ancien procureur de Nanterre n'aurait pas respecté l'obligation d'organiser un suivi médical pour l'un de ses magistrats en détresse psychologique. Ce dernier s'est suicidé le 6 mars 2012.

Le juge Courroye dans la tourmente. Selon un article du Monde, l’ancien procureur de Nanterre est poursuivi pour "homicide involontaire" et "harcèlement moral" par la veuve de l’un de ses anciens substituts.

Cette dernière avait déposé plainte le 16 septembre 2014. Le procureur général de Versailles a décidé le 10 février dernier d’ouvrir une information judiciaire, qui sera confiée à deux juges d’instruction.

Lionel Beauvais, ancien professeur de français, était devenu substitut de Philippe Courroye, depuis son affectation en 2008 au parquet de Nanterre. Il s'est pendu dans la nuit du 6 au 7 mars 2012, et c'est sa femme Anne qui a découvert le corps. Depuis des années, elle estime que le décès de son compagnon pourrait avoir un lien avec ses conditions de travail. L'homme aurait été en dépression depuis plusieurs mois.

Une enquête sur les causes de sa mort a pourtant bien été ouverte par le parquet de Créteil. Problème: aucun des collègues de Lionel Beauvais n’a était entendu. Seule la procureure adjointe, Marie-Christine Daubigney, est interrogée "de manière informelle" par le commissaire de police, qui n'a pas fait de procès-verbal.

La qualification d’homicide involontaire "tient à ce que le procureur n’a pas respecté un décret de 1982 qui lui imposait d’organiser un suivi médical de ses magistrats", note Le Monde.

Pour l’avocat de Phillipe Courroye, son client est un bouc-émissaire. "Beauvais était effectivement dans une situation psychologique très problématique", a déclaré Me Jean-Yves Dupeux. "Et après un suicide, il faut toujours que ce soit la faute de quelqu’un."
 

Auteur(s): EB

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'ancien procureur de Nanterre, Philippe Courroye.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-