L'association lui confie un petit cochon, elle le transforme en charcuterie

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 07 avril 2019 - 13:37
Image
Millions of backyard pig farmers in China are being forced out of the industry as the government pus
Crédits
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Le cochon a été tué et transformé en charcuterie.
© NICOLAS ASFOURI / AFP

Une femme a été condamnée par la justice jeudi 4 pour avoir fait abattre et trasformé en saucisses et pâtés un petit cochon confié par une association. L'enquête a estimé qu'elle avait ce projet dès le début en adoptant l'animal.

L’animal devait trouver un havre de paix dans ce foyer, c’est finalement un abattage sauvage qui l’attendait. Une femme était poursuivie devant le tribunal correctionnel de Vannes jeudi 4 pour avoir tué un petit cochon qui lui avait été confié par une association, et l’avoir transformé en saucisses et pâtés, comme le rapporte le journal Ouest-France.

L’affaire remonte à 2016. L’association Le Paradis de la dernière chance confie à cette quadragénaire une petite truie répondant au nom de "Babe" pour en prendre soin et la nourrir. C’est malheureusement le cochon qui va nourrir celle qui l’a recueilli. Trois semaines après le placement, la responsable de l’association s’inquiète de n’avoir aucune nouvelle de l’animal. La femme explique alors qu’il vit chez son ancien compagnon. Interrogé, ce dernier explique qu’il a… tué l’animal d’un coup de fusil, l’a transformé en pâtés. Alertés, les gendarmes découvrent –selon Le Télégramme–110 kilogrammes de viande chez la femme. Autre précision: son ex-compagnon avait exercé auparavant la profession de boucher. Pour la justice, plus guère de doute: Babe n’est pas mort suite à une terrible méprise, mais le projet de la quadragénaire en l’adoptant était bien de le transformer en nourriture.

Lire aussi: Chaton torturé en direct, chiens prostitués: la Thaïlande face au "business" de la cruauté animale

Poursuivie pour abus de confiance, la prévenue a tenté de nié en expliquant dans un premier temps qu’elle avait confié l’animal à son ex-compagnon car il était devenu trop grand. Le boucher, lui, a confirmé que c’est à la demande de la femme qu’il a abattu l’animal.

L’accusée, déjà connue de la justice, a été condamnée à trois mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende.

Voir aussi:

Une notaire condamnée pour des actes de cruauté envers ses 42 animaux

Cruauté envers les animaux: un chien congelé vivant par son maître