L'autiste sous curatelle agresse sexuellement son petit frère, il demande des soins

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 04 juillet 2018 - 19:44
Image
Les restes carbonisés de la jeune fille au pair française Sophie Lionnet ont été retrouvés dans le jardin du logement de son employeuse Sabrina Kouider dans le sud de Londres
Crédits
© Brendan Smialowski / AFP/Archives
L'accusé avait déjà abusé sexuellement de son frère.
© Brendan Smialowski / AFP/Archives
Le tribunal correctionnel de Béthune a dû juger une affaire délicate, une agression sexuelle entre frères. L'aîné, auteur des faits, est atteint d'autisme et sous curatelle renforcée, en demande de soins pour lutter contre ses pulsions.

A la barre l'affaire est sordide. Mais dans le box des accusés du tribunal correctionnel, l'accusé est également atypique et son cas pose visiblement un problème complexe aux magistrats chargés de le juger. La Voix du Nord rapporte ce mercredi 4 le procès d'un homme, désigné comme "A.B.", poursuivi pour avoir agressé sexuellement son petit frère dans le courant de l'année 2015. Mais "A.B." est un jeune homme souffrant d'autisme et de troubles phobo-obsessionnels l'ayant amené à être placé sous curatelle renforcée.

L'affaire a été jugée la semaine dernière par le tribunal correctionnel de Béthune. L'accusé a reconnu les faits qui se déroulent en 2015. Un week-end sur deux, le jeune homme se rend chez son père à Barlin, dans le Pas-de-Calais. Là, dormant dans la même chambre que son petit frère, il impose à ce dernier des actes sexuels qui peuvent s'apparenter à un viol. Mais pour éviter le traumatisme d'un procès d'assises, les faits ont été requalifiés.

Détail glauque: l'homme avait déjà été condamné pour des agressions sexuelles sur son petit frère. Le père et la belle-mère sachant cela, ils ont tenté de prévenir la récidive en installant… un baby-phone pour surveiller la chambre. Mais l'accusé a réussi à déjouer le dispositif en augmentant le volume de la télévision. Quant à la victime, elle se retenait d'appeler à l'aide pour ne pas embarrasser son frère agresseur déjà sous le coup d'une condamnation.

Voir aussi - Levallois-Perret: une orpheline passe une semaine avec le cadavre de son frère

L'accusé semble regretter sincèrement les faits. C'est lui qui se dénoncera auprès d'un éducateur de son institut médico-éducatif. Il reconnait sans difficulté ses actes à la barre et explique vouloir suivre un traitement pour contrôler ce qu'il explique être des pulsions irrésistibles.

Face à cette situation difficile, le juge a admis que la place de l'accusé n'était peut-être pas en prison. L'homme a été condamné à deux ans de prison ferme, mais sans mandat de dépôt. Ce sera donc à un juge d'application des peines de décider d'un éventuel aménagement de peine. Mais la cour a surtout prononcé un suivi socio-judiciaire pendant cinq ans couplé à une injonction de soins.

À LIRE AUSSI

Image
Un gendarme.
Vosges: il tue accidentellement son frère jumeau
Un adolescent de 14 ans a accidentellement tué son frère jumeau en manipulant une arme à feu, dimanche soir dans les Vosges. Le jeune homme ne savait pas que le pistol...
06 juillet 2015 - 14:52
Société
Image
Une carabine.
Cambrai: la fillette reçoit un plomb de carabine dans la tête, son petit frère de cinq ans soupçonné
Ce mercredi, une petite fille de neuf ans a été transportée dans un état grave au CHR de Lille. Elle a reçu un plomb de carabine dans la tête. Les enquêteurs soupçonne...
04 avril 2018 - 19:57
Société
Image
De nombreux barreaux étaient mobilisés jeudi pour dénoncer le silence du ministère de la Justice au
Accusée d'avoir étranglé son petit frère, la jeune fille est acquittée
Une jeune femme était soupçonnée d'avoir étranglé à mort son petit frère, alors âgé de quatre ans, qu'elle devait garder. Elle a été acquittée jeudi par le tribunal de...
16 mars 2018 - 08:28
Société

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.