Le cœur reliquaire d'Anne de Bretagne volé à Nantes

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le cœur reliquaire d'Anne de Bretagne volé à Nantes

Publié le 16/04/2018 à 12:11 - Mise à jour à 12:27
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La pièce emblématique du musée Dobrée de Nantes a été dérobée dans la nuit de vendredi à samedi. Il s'agit du cœur reliquaire d'Anne de Bretagne. Une enquête a été ouverte pour retrouver le précieux objet d'art.

La pièce la plus symbolique du musée Dobrée de Nantes a été dérobée dans la nuit de vendredi 13 à samedi 14. Il s'agit du cœur reliquaire d'Anne de Bretagne, reine de France et femme de Louis XII morte en 1514.

L'antenne de police judiciaire de Nantes a été chargée de retrouver la précieuse relique, chef-d'œuvre d'orfèvrerie, ainsi qu'un ensemble de monnaie d'or et une statue hindoue dorée. Ces deux objets étaient présentés dans le cadre de l'exposition "Voyage dans les collections", comme l'a rappelé Presse Océan.

A voir aussi: Un ancien sous-préfet condamné à 2 ans de prison ferme pour vol de tableau

Le conseil départemental de Loire-Atlantique, qui est propriétaire du musée Dobrée, a indiqué qu'il avait immédiatement porté plainte.

L'écrin du cœur d'Anne de Bretagne est une boite en or d'une quinzaine de centimètres de hauteur en forme de cœur et ornée d'une couronne composée de fleurs de lys et de trèfles. Il a été fabriqué au XVIe siècle comme l'a voulu la Reine de France.

"Les cambrioleurs s’en sont pris à notre patrimoine commun et notamment à une pièce d’une valeur inestimable. Bien plus qu’un symbole, l’écrin du cœur d’Anne de Bretagne appartient à notre Histoire. La reine Anne, duchesse de Bretagne, avait souhaité que son cœur soit inhumé auprès de ses parents. Sauvé de la fonte après la Révolution, il est conservé au musée Dobrée depuis 1886", a expliqué Philippe Grosvalet, le président du département.

Le comité Anne de Bretagne, très choqué par ce vol, s'est immédiatement proposé de faire une médiation entre les voleurs et le musée pour que la relique retrouve sa place. "Nous avons pensé qu’il fallait ouvrir cette possibilité, tout tenter. On veut bien jouer les intermédiaires entre eux et le propriétaire pour éviter que ça finisse mal", a expliqué le coordonnateur du collectif d'associations Jacques-Yves Le Touze à Ouest-France.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La police judiciaire de Nantes est chargée de retrouver la relique du coeur d'Anne de Bretagne.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-