Le Conseil constitutionnel se penche sur les combats de coqs

Le Conseil constitutionnel se penche sur les combats de coqs

Publié le 21/07/2015 à 12:23 - Mise à jour à 12:46
©Flikr/CreativeCommon
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): RM
-A +A

Après s'être prononcé sur la corrida en 2012, le Conseil constitutionnel, saisi par une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), examine ce mardi la question des combats de coqs, encore pratiqués dans certaines régions françaises, notamment en Outre-mer.

C’est une tradition qui remonte à l’Antiquité et qui s’est repandue à travers le monde. Mais les combats de coqs, très prisés en Asie ou en Amérique du Sud, sont très réglementés dans les pays occidentaux. Pourtant, cette tradition perdure encore dans certaines régions françaises comme dans le Nord-Pas-de-Calais, la Réunion, la Guyane, les Antilles où encore la Polynésie française.

D’après l’article 521-1 du code pénal français "le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende". Cependant une exception est faite pour les combats de coqs lorsqu'il s'agit d'"une tradition locale ininterrompue".  

La question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par l'avocate de deux Réunionnais, poursuivis en justice pour avoir ouvert un gallodrome, ne traite donc pas de la légalité même des combats de coqs mais porte sur l'interdiction de créer de nouveaux lieux où se tiennent les combats de coqs. L'avocate des deux Réunionnais estime que la loi n'est pas égale pour le tout monde, en faisant le parallèle avec les droits de la corrida. Elle souhaite la reconnaissance de l'égalité entre toutes les traditions locales et ne comprend pas que la création de nouveaux gallodromes soit interdite, alors que rien ne réglemente la création de nouvelles arènes pour la corrida. Nul doute que cette décision sera suivie de très près par les associations de défense des animaux.

 

Auteur(s): RM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Combat de coqs dans une arène

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-