Le forcené du commissariat de Tulle souffre de "fragilité psychiatrique"

Le forcené du commissariat de Tulle souffre de "fragilité psychiatrique"

Publié le 29/11/2017 à 19:44 - Mise à jour à 19:51
© FRED DUFOUR / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'opération de police s'est terminé ce mercredi peu avant 9 heures au commissariat de Tulle où un homme s'était retranché. Le forcené, qui a été arrêté, présente des "fragilité psychiatrique" selon la procureure de la République.

Grosse frayeur au commissariat de Tulle en Corrèze. Un homme se présentant comme un djihadiste s'est retranché dans la nuit de mardi 28 à ce mercredi 29 dans le poste de police, exhibant un fusil mitrailleur et une ceinture d'explosifs, menaçant de se faire exploser.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec la procureure de la République de Corrèze Agnès Auboin, le préfet Bertrand Gaume a salué en premier lieu "le sang froid, le courage, l’exemplarité et le professionnalisme des 4 fonctionnaires de police présents", avant de laisser la parole à la magistrate. Celle-ci a donné des précisions sur l'homme interpellé. Il s'agit d'un tulliste de 48 ans, sans casier judiciaire, il traversait "une période conjugale difficile et souffrait de fragilité psychiatrique". Légèrement blessé, "il a été placé en garde à vue et sera auditionné dans les prochaines heures".

Lire aussi: Commissariat de Tulle: arme et ceinture d'explosifs, un forcené arrêté par le Raid 

L'homme s'est présenté vers 4h du matin dans le sas du commissariat et a commencé à proférer des menaces. Les policiers présents sur place ont donné l'alerte et ont évacué les lieux par sécurité, laissant le champ libre aux forces d'élite de la police nationale.

Les hommes du Raid ont donc été déployés et des négociations ont été entamées après que le secteur ait été évacué afin de parer au risque d'explosion.

Après plusieurs heures de discussions, l'homme est finalement sorti du sas. Il aurait voulu selon L'Express aller "au contact" de la colonne de policiers qui montait en ligne face à lui. Ceux-ci l'ont neutralisé en lui tirant dans les jambes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme interpellé par le Raid dans le commissariat de Tulle souffre de "fragilité psychiatrique".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-