Le gang zoophile violait des animaux dans une "ferme" et forçait un ado à participer

Le gang zoophile violait des animaux dans une "ferme" et forçait un ado à participer

Publié le 24/04/2019 à 17:25 - Mise à jour à 17:36
© Brendan Smialowski / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Trois hommes ont été lourdement condamnés lundi 22 aux Etats-Unis pour avoir violé, pendant des années, plus d'une dizaine d'animaux dans une "ferme" où se trouvait également un adolescent de 16 ans.

L’horreur et la perversion des actes sont à peine croyable. Lundi, trois hommes ont été condamnés à de lourdes peines de prison pour avoir violé en bande pendant plusieurs années au moins une douzaine d’animaux dans une "ferme de fortune".

L’affaire a éclaté en 2018, comme le rapporte la presse locale (voir ici). La police décide d’intervenir sur une installation sauvage dans la petite ville de Munson, en Pennsylvanie. Là, il découvre un jeune garçon de 16 ans qui va leur expliquer les atrocités qui se jouent entre les murs du sinistre lieu.

Il avoue en effet que les trois hommes habitant la "ferme" –Matthew Brubaker, 31 ans, Terry Wallace, 41 ans, et Marc Measnikoff, 34 ans– violent des animaux et forcent l’adolescent à "maintenir" les bêtes pendant que les actes pervers sont commis.

L’enquête mettra à jour un nombre d’actes inouï, dépassant le millier sur plusieurs années, perpétrés sur une vache, une chèvre, neuf chevaux et un nombre indéterminé de chiens.

Lire aussi - Pédophile, zoophile et voleur de sous-vêtements: il est accusé dans 200 affaires

Les viols étaient commis dans un enclos en forme de V rendant plus aisé le maintien de l’animal lorsque celui-ci subissait les outrages des trois bourreaux. Ces derniers ont également filmé et stocké de nombreuses vidéos de leurs actes zoophiles.

L’adolescent a été placé et, selon l’enquête, il n’aurait pas directement été victime d’actes sexuels de la part des trois individus. Les animaux ont également été placés.

Les trois zoophiles, eux, ont été condamnés à des peines allant de 20 à 41 ans de prison.

Voir aussi:

Il propose une relation zoophile avec ses 3 chiens à une femme, c'est une policière infiltrée

Un zoophile viole une chèvre enceinte, la justice en fait un exemple

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La police avait démantelé cette "ferme de l'horreur" en 2018.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-