Le policier affecté à l'Elysée sort son arme à Beauvais lors d'une bagarre: en avait-il le droit?

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le policier affecté à l'Elysée sort son arme à Beauvais lors d'une bagarre: en avait-il le droit?

Publié le 06/09/2017 à 11:19 - Mise à jour à 12:36
© VALERY HACHE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

D'après une information rapportée par "Le Parisien", un policier affecté à la garde de l'Elysée a sorti son arme pour mettre fin à une bagarre à Beauvais (Oise) dans la nuit de samedi à dimanche. Même si certains éléments laissent penser que cette action pourrait être abusive, la législation sur les armes des policiers en dehors de leur service a été assouplie dans le cadre de l'état d'urgence.

Le fait divers, s'il s'est terminé sans dommage, aurait pourtant pu déraper. Dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 à Beauvais (Oise), un policier affecté à la garde de l'Elysée a sorti son arme de service qu'il portait sur lui pour disperser les participants à une rixe. Arrêté lui-même par la police municipale, il n'était évidemment pas en service au moment des faits dans une ville qui n'est pas son lieu de travail habituel.

Si l'homme, qui est fonctionnaire stagiaire, ne devrait pas être l'objet de poursuites, une enquête administrative a été ouverte, et pourrait, elle, déboucher sur des sanctions. Le port d'arme, et son usage potentiel, en dehors des heures de service est en effet fortement réglementé. Il n'est cependant pas interdit et a surtout été assoupli depuis les attentats de 2015.

Depuis le début de l'état d'urgence en effet, les policiers ont le droit de conserver leur arme en dehors de leur temps de travail, sauf si leur supérieur le leur interdit. Ils doivent en outre être à jour des obligations liées au port d'arme, comme la validation de séances de tir régulières.

Une note de service en date de juin 2016 –et consultée à l'époque par Le Point– précise également que l'arme doit être opérationnelle, autrement dit chargée, rangée dans son étui et prête à être dégainée. Ces précisions laissent entendre que le port de l'arme hors service n'a de sens qu'en cas d'intervention improvisée lors d'un événement imprévu dont le policier ne travaillant pas serait pourtant témoin. Elles rappellent à l'inverse qu'une arme ne doit pas être transportée dans un sac ou une boîte à gants et être ainsi à la fois sujette à un vol et non utilisable immédiatement en cas d'urgence. L'usage de l'arme dans ce genre de circonstances doit être accompagnée du port du brassard orange marqué "police".

Dans l'affaire de Beauvais, ces éléments ont –du moins selon les témoignages parus dans la presse– été respectés. L'homme portait l'arme sur lui, a revêtu son brassard avant d'intervenir dans ce qu'il a identifié comme un danger nécessitant son intervention.

Par contre, la même note de service rappelle un autre élément crucial pour l'enquête administrative: l'arme ne doit pas être "exhibée pour intimidation" ou "sortie systématiquement de son étui de manière préventive". Or, toujours selon les témoignages rapportés dans les médias, la rixe était finissante au moment de l'intervention du policier, qui a en outre continué à vouloir "régler le problème" au moment de l'intervention de la police municipale. Il pourrait donc lui être reproché une sérieuse erreur de jugement. Sans même parler de l'impact potentiellement désastreux d'un autre facteur: l'alcool. Le fonctionnaire de police présentait en effet un taux d'alcoolémie de 0,7 gramme par litre de sang au moment de son arrestation.

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le port d'arme en dehors des heures de service a été fortement assoupli depuis l'état d'urgence.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-