Le procès d'un instituteur, jugé pour le viol ou l'agression de 30 fillettes, ouvert

Le procès d'un instituteur, jugé pour le viol ou l'agression de 30 fillettes, ouvert

Publié le 08/12/2016 à 12:50 - Mise à jour à 12:51
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Eric Molcrette, 51 ans, qui travaillait dans une école de Chambéry à l'époque des faits, est jugé à partir de ce jeudi devant les assises de Savoie pour le viol ou l'agression de 30 fillettes. Le procès doit durer jusqu'au 16 décembre. Il risque 20 ans de réclusion criminel.

Le procès d'un instituteur jugé pour le viol ou l'agression sexuelle de 30 fillettes entre 2011 et 2013 s'est ouvert ce jeudi 8 devant les assises de Savoie à Chambéry avec un huis clos partiel, où la presse est autorisée.

Eric Molcrette, 51 ans, est descendu du fourgon de gendarmerie caché sous la robe de son avocat pour ne pas être filmé ou photographié et s'est engouffré dans le tribunal alors qu'un homme l'insultait.

L'ex-enseignant, qui a reconnu les faits, est accusé de viols et agressions de 19 de ses élèves de grande maternelle et CP, âgées de 5 et 6 ans, à l'école de Planaise (Savoie). Il répond aussi d'attouchements sur 11 enfants de 8 à 12 ans lors d'un camp de vacances équestre à Mornac-sur-Seudre (Charentes-Maritimes) à l'été 2012.

Dans la salle d'audience, devant les couples ou parents seuls qui se sont portés parties civiles, la question de la publicité des débats a été débattue, les tenants du huis clos total étant un peu plus nombreux que ceux prônant la présence de la presse.

Ainsi Me Julien Betemps a demandé la "plus grande publicité possible" pour "un dossier qui sort des sentiers battus" tandis que Me Daniel Cataldi plaidait "l'intérêt commun de comprendre l'incompréhensible" et de "faire disparaître l'ombre et le silence qui ont permis la réalisation de ces faits".

L'avocate générale Agnès Deletang et la défense ont plaidé le huis clos total mais la cour s'est rangée aux arguments de ceux qui veulent que l'affaire serve d'exemple.

"On ne va pas effacer ce qui s'est passé mais si ça peut servir ne fût-ce qu'à une enfant, il faut un huis clos partiel", a ainsi dit à la barre le père d'une victime de Mornac. Le procès doit durer sept jours et s'achever vendredi 16 décembre. Eric Molcrette risque une peine maximale de 20 ans de réclusion criminelle.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Eric Molcrette risque une peine maximale de 20 ans de réclusion criminelle, pour le viol ou l'agression de 30 filles.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-