Les actes homophobes et transophobes en hausse en 2016 selon l'association SOS-Homophobie

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Les actes homophobes et transophobes en hausse en 2016 selon l'association SOS-Homophobie

Publié le 10/05/2017 à 11:45 - Mise à jour à 11:58
©Frederic J. Brown/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'association SOS-Homophobie a publié ce mercredi son baromètre annuel. L'organisation a reçu 1.575 témoignages en 2016, un chiffre en augmentation par rapport aux deux années précédentes. Les premières victimes de cette hausse sont les personnes transexuelles, de plus en plus touchées par des actes malveillants selon le baromètre.

Le baromètre annuel de l'association SOS-Homophobie, qui recense les discriminations subies par les membres de la communauté LGBT, a été publié ce mercredi 10. Au cours de l'année 2016, l'association a reçu 1.575 témoignages de haine anti-LGBT, soit 19,5% de plus qu'en 2015. Qu'ils soient verbaux ou physiques, dans la rue ou au sein du cercle familial, les actes homophobes ou transophobes ont augmenté alors qu'en 2015 et 2014, ils avaient baissé.

L'association a ainsi reçu 121 témoignages d'agressions physiques envers la communauté LGBT, celles-ci ont le plus souvent eu lieu dans l'espace public. Cela représente "une agression tous les trois jours en France", selon l'association. Ces violences sont majoritairement perpétrées par des hommes seuls (40%) ou des groupes d'hommes (40%). Les victimes les plus touchées sont les hommes (65%) âgés de 25 à 34 ans (40%).

Le baromètre regroupe donc aussi les violences verbales. Cette homophobie "au quotidien" est souvent le fait de la famille et des proches. Certains témoignages évoquent les insultes des parents lorsqu'ils ont appris la sexualité de leur enfant. "Sale pute mal baisée", a réagi un père alors que sa fille de 18 ans lui annonçait son homosexualité. "Je préférerais te savoir malade ou avec une jambe en moins plutôt qu'homo. Tu ne devrais pas exister", a dit un autre parent à son enfant par SMS.

Le quartier, les lieux publics, l'école, le sport ou encore la religion peuvent aussi être le théâtre d'insultes et de discriminations. Mais le lieu où se propage un très grand nombre de propos discriminatoires est le web: "Internet est un défouloir", fait d'ailleurs remarquer le rapport.

Pour SOS-Homophobie, il faut que la modération de certains sites comme Facebook ou Twitter soit améliorée: "il faut prendre conscience de l'effet dévastateur de cette homophobie sur Internet", a expliqué Joel Deumier, président de l'association à Le Monde.

Enfin, les témoignages d'actes transophobes ont doublé en 2016 en passant de 63 à 121. Mais la police refuse parfois d'enregistrer les plaintes en minimisant le caractère discriminatoire de certaines agressions. Pour SOS-Homophobie, il y a encore beaucoup à faire.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les discriminations envers les personnes transexuelles sont en très forte augmentation.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-