Les gendarmes croient à une dispute, c'est un épisode de "Louis la brocante"

Les gendarmes croient à une dispute, c'est un épisode de "Louis la brocante"

Publié le 31/10/2018 à 16:12 - Mise à jour à 16:19
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Les gendarmes du Maine-et-Loire sont intervenus dans une maison de retraite au début du mois d'octobre, pensant séparer un couple qui se disputait violemment. Ils sont finalement tombés sur un nonagénaire qui regardait… un vieil épisode de "Louis la brocante".

Fausse alerte. Les gendarmes du Maine-et-Loire sont intervenus en urgence sur ce qu'ils pensaient être une violente dispute conjugale dans la maison de retraite de La Salle-de-Vihiers le 2 octobre dernier. Seulement, l'intervention n'était pas si importante que ce qu'ils avaient prévu.

Comme ils l'ont expliqué vendredi 27, le centre d'appels d'urgence de la gendarmerie a reçu un appel alarmant. Au bout du fil, point d'explication mais des cris évoquant un homme et une femme se disputant violemment à propos d'un probable divorce.

Pensant qu'une personne est peut-être en danger, les militaires se rendent immédiatement jusqu'à la maison de retraite de la commune d'où venait l'appel.

A voir aussi: Tarbes - en pleine dispute, il arrache le pouce de son ex avec les dents

Là, pas de dispute. Seulement un nonagénaire assis devant sa télévision qui regardait… un vieil épisode de la série Louis la brocante.

La dispute entendue était en fait issu de cet épisode où Louis Roman se querellait avec son épouse. Le vieil homme devant la télévision avait confondu la télécommande avec un téléphone sans fil posé juste à côté.

Il avait alors voulu regarder la chaîne 17 sans trop de succès et avait à la place appelé les gendarmes. Les militaires sont donc repartis sûrs que personne n'était en danger, et après un bon fou rire.

A lire aussi:

Paris: après une dispute avec un ami, elle saute du troisième étage

Isère: la dispute entre automobilistes finit par des coups de feu

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes pensaient à une dispute conjugale, un nonagénaire regardait en fait un épisode de Louis la brocante.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-