Les Guyanais "singes hurleurs" et "paresseux": un gendarme accusé de racisme

Les Guyanais "singes hurleurs" et "paresseux": un gendarme accusé de racisme

Publié le 07/05/2018 à 13:53 - Mise à jour à 13:59
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un gendarme opérant en Guyane a été accusé de racisme après un discours comparant la population locale à divers animaux et notamment des "singes hurleurs". Une procédure disciplinaire a été ouverte et le ministre de l'Intérieur a dénoncé "des propos inadmissibles".

Le gendarme évoque une "allégorie" animalière, mais plusieurs membres de son auditoire et sa hiérarchie y ont plutôt vu des relents racistes. C'est notamment la comparaison entre certains Guyanais et des "singes hurleurs" qui a fait polémique.

Un chef d'escadron de la gendarmerie est depuis samedi 4 l'objet d'une procédure disciplinaire pour avoir prononcé fin avril devant ses collègues et le sous-préfet puis publié dans la gazette de son escadron un discours censé être humoristique, évoquant sa dernière mission.

Tout au long de ce texte, il dénonce les comportements auxquels il a dû faire face à grand renfort de comparaison animalières. "Quelle faune exceptionnelle que tous ces singes hurleurs lançant autant de jurons que de parpaings pour marquer leur territoire, ces petits caïmans trempant jour et nuit dans l’alcool et entourés de plantes euphorisantes, s’en prenant sans prévenir à des proies toujours crédules", a-t-il ainsi écrit.

Lire aussi: Guyane: l'envoi de "renforts" de forces de sécurité sera "accéléré"

Il évoque également les "paresseux très nombreux dans la région", les "caméléons tentant de se fondre dans la masse de l'unité pour mieux baver et se nourrir du sucre fermenté à moindre coût".

Le portrait ici fait des Guyanais n'est donc guère flatteur. Le service de communication de la gendarmerie, cité par LCI, a dénoncé "des propos intolérables". Dimanche 6, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a jugé ces déclarations"inadmissibles".

L'auteur du discours plaide la maladresse. Selon lui, la comparaison entre les Guyanais et des animaux n'avait aucune connotation raciste, terme qu'ont d'ailleurs évité d'employer la gendarmerie comme le ministère. Selon LCI, l'interprétation diviserait les gendarmes de l'escadron.

La procédure disciplinaire pourrait aboutir à un blâme ou une simple lettre du ministre de l'Intérieur. Des sanctions plus conséquentes pourraient être envisagées en cas de plainte. Un tribunal aurait alors à définir si ces propos étaient humoristiques, injurieux ou carrément racistes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le gendarme a évoqué dans son discours "ces singes hurleurs lançant autant de jurons que de parpaings".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-