Les policiers dénoncent le manque de moyens au sein de la profession

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Les policiers dénoncent le manque de moyens au sein de la profession

Publié le 26/10/2016 à 14:41 - Mise à jour à 14:42
©Bertrand Guay/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Mobilisés depuis 10 jours, les policiers ont tenté d'expliquer la profondeur du malaise qui les pousse à battre le pavé. Ils dénoncent notamment le manque de moyens au sein de la profession, leur travail "dénaturé", les syndicalistes "vendus" ou encore la hiérarchie "carriériste".

Manque de moyens, travail "dénaturé", syndicalistes "vendus" et hiérarchie "carriériste": des policiers interrogés par l'AFP ne mâchent par leurs mots pour expliquer la profondeur du malaise qui les pousse à se mobiliser depuis dix jours.

>MOYENS DÉCROISSANTS, PEUR GRANDISSANTE

"Avant, c'était des crachats. Maintenant, c'est des cocktails Molotov". Sylvie, 47 ans, part au travail à Paris avec crainte, surtout depuis un an. "Depuis les attentats, on se demande si on va rentrer le soir. Il y a des jours où on ne se sent pas en sécurité", confie-t-elle. Certains, comme ce CRS toulousain de 50 ans, pointent un malaise: "j'ai connu la police il y a 30 ans, j'ai vu l'évolution. Aujourd'hui, je vais travailler en marche arrière".

Et le matériel? "Un jour, lors d'une intervention, on n'avait qu'un seul gilet pare-balles lourd pour trois. On a dû choisir qui le porterait", raconte une policière parisienne de 38 ans. "Obligés de se payer" certains équipements, beaucoup décrivent aussi la "pauvreté" des locaux. Dans un commissariat parisien, "à la limite de l'insalubrité, il y a des cafards et des rats. On n'a même pas de stylo pour bosser. Nos voitures sont vieilles et tombent régulièrement en panne", raconte Stéphane.

Les règles sur la légitime défense ne les protègent pas. Ils réclament une "présomption de légitime défense". "Les policiers ont peur de leur arme, des conséquences (judiciaires) s'ils l'utilisent", estime Marc, policier parisien de 55 ans dont 33 de police.

> UN TRAVAIL "DÉNATURÉ"

"Le policier doit chasser le voleur. Sa mission n'est pas de garder des lieux, des locaux, des barrières", soupire Bruno, CRS à Strasbourg. Pour "la surveillance des lieux de cultes, ils pourraient mettre en place des entreprises privées", suggère Malika, fonctionnaire de la police ferroviaire de 44 ans. Un policier de 48 ans en poste à Paris confie s'interroger sur le "sens" de son travail "dénaturé". Et la rémunération? "Les salaires ont augmenté de 2% depuis 2008", affirme Malika, en pointant les "1.600 à 1.700 euros nets par mois" d'un gardien de la paix débutant.

>UNE JUSTICE "LAXISTE"

Un gardien de la paix de brigade anticriminalité (Bac) du Val-d'Oise juge que "le laxisme judiciaire, c'est la base du problème": "C'est arrivé qu'on interpelle le même mec trois fois dans le mois dans trois voitures volées différentes. Si la justice avait fait son travail, ça aurait évité de mobiliser X gars à chaque fois. Ça règlerait déjà une partie du problème d'effectifs".

>DES SYNDICATS "VENDUS", UNE HIÉRARCHIE "CARRIÉRISTE"

Peu se reconnaissent dans les syndicats. "Au niveau local, il y a des responsables qui viennent nous voir, écoutent. Mais au niveau national, ce sont des vendus, ils sont rentrés dans un système politisé, et les revendications n'aboutissent pas", estime le gardien de la paix du Val-d'Oise.

La hiérarchie policière est également en disgrâce. "On nous demande une politique du chiffre. Un commissaire préfère qu'on fasse cinq +shiteux+ (petits consommateurs de cannabis, NDLR) qu'un mec dans une voiture volée. Ça fait plus d'affaires résolues. Mais ce n'est jamais écrit, ils ne veulent pas se mettre en porte à faux", ajoute le gardien de la paix. "Ce sont des carriéristes, ils ne pensent qu'à être bien noté, à avoir leur prime", peste le CRS toulousain.

>FATALISTES OU INDÉCIS POUR 2017

Si certains hommes politiques pointent une "patte" du FN dans le mouvement, rares sont ceux qui affichent leur intention de voter aux extrêmes à la présidentielle. "J'ai toujours été de droite, je voterai à droite. On vit dans une époque très tendue, mais voter extrême droite ne sert à rien", estime Marc. "Je ne vote pas FN, je ne me laisse pas influencer par la situation. Mais je comprends les collègues qui s'interrogent", confie toutefois Stéphane, policier parisien.

"Je ne vois aucun politique capable de régler le problème de l'impunité, y compris le FN", estime Stéphanie, 38 ans. "Sarkozy avait promis monts et merveilles et il a fait une politique du chiffre", rappelle le gardien de la paix du Val-d'Oise: "J'irai voter, mais je ne sais pas encore pour qui. Peut-être blanc".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le mouvement de grogne des policiers a débuté le 17 octobre dernier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-