Les prières de rues de Clichy-La-Garenne jugées illégales

Les prières de rues de Clichy-La-Garenne jugées illégales

Publié le 05/09/2018 à 19:50 - Mise à jour à 19:53
© BERTRAND GUAY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le tribunal correctionnel de Nanterre a déclaré mardi que les prières de rue qui avaient eu lieu à Clichy-la-Garenne en 2017 étaient illégale. Il a condamné l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) et son président, Mohand Kazed, à des peins d'amende et à indemniser la ville. Ce dernier a indiqué faire appel.

Les prières de rues effectuées à Clichy-la-Garenne chaque vendredi, entre le 24 mars et le 10 novembre 2017 étaient illégales selon le de tribunal correctionnel de Nanterre. Celui-ci a condamné mardi 4 les organisateurs - l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) et son président, Mohand Kazed- à 5.000 euros d'amende chacun et à 17.000 euros de dommages et intérêts envers la ville.

Si l'affaire avait vite pris une dimension politique avec manifestation d'élus de droite, mise en cause de la teneur des prêches ou encore accusations de stigmatisation des musulmans, ce n'est pas sur une quelconque atteinte au principe de laïcité, souvent trop vite invoqué, que le tribunal s'est prononcé.

Il a en effet jugé ces prières illégales en raison des perturbations qu'elles avaient occasionnées sur la voie publique et surtout sur le fait que l'UMAC n'avait pas déposé de déclaration préalable en préfecture dans les temps pour organiser ces manifestations.

Voir: Clichy-la-Garenne - les prières de rue sont-elles légales?

Le tribunal n'a donc pas relevé l'argument de l'avocat de l'association, lequel a tenté de qualifier ces prières de "manifestations cultuelles" soumises donc à la fameuse loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

Le maire avait obtenu l'expulsion en mars 2017 du local utilisé comme lieu de culte par l'UAMC en centre-ville, souhaitant le transformer en médiathèque. Deux ans plus tôt, il avait inauguré une mosquée en périphérie de la ville. Mais l'UAMC n'a jamais voulu s'y installer, la jugeant excentrée, exiguë et pas aux normes de sécurité.

L'avocat de Mohand Kazed a déjà annoncé qu'il allait faire appel de cette décision.

Un autre procès se dessine. En effet, l'UMAC reproche au maire (LR) de la ville Rémi Muzeau d'avoir affirmé qu'un prêche en arabe tenu lors d'une prière de rue devant l'hôtel de ville comportait "des appels au meurtre" et qu'un tract appelant à tuer les juifs avait été distribué lors d'une autre de ces prières. Sans toutefois incriminer nommément l'UAMC. Une première procédure pour "incitation à la haine" a été abandonnée mais l'avocat de l'association se dit s'apprêter à en lancer une "plus précise".

Lire aussi: Clichy: des élus LR bousculent des musulmans qui organisaient une prière de rue illégale

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le tribunal a jugé que les manifestations que constituaient les prières de rue n'avaient pas été organisées dans les règles.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-