Coronavirus: médecins, infirmiers, brancardiers, des voisins trop gênants?

Coronavirus: médecins, infirmiers, brancardiers, des voisins trop gênants?

Publié le 26/03/2020 à 09:25
Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A
 
Certains médecins, infirmiers, aides soignants, brancardiers sont devenus des voisins trop dangereux dans leur quartier ou dans leur immeuble. Ou quand l'épidémie du coronavirus génère des comportements irraisonnés chez certains.   
 
Tandis que les gestes de solidarité se multiplient envers les médecins, infirmiers et autres soignants, certains tentent de tenir nos héros à distance. 
Un mot sur laissé sur un pare-brise en Bretagne: «Vous êtes infirmier donc vous avez plus de risques d’être contaminé par le virus donc merci de ne pas vous garer proche des autres». Non, vous ne rêvez pas ! Mais il y a encore pire…
 
A Paris, une infirmière hospitalière qui avait trouvé un logement plus proche de son lieu de travail a dû plier bagage. Le propriétaire généreux a expliqué à France Inter que deux familles de l’immeuble s’étaient formellement opposées à son arrivée, recevant notamment ce message par email: «Nous ne souhaitons pas prendre ce risque pour nos familles et le reste des habitants». 
 
Invitée à «loger ailleurs»
 
A Toulouse, une aide-soignante a trouvé un mot sur sa porte la priant tout bonnement de partir de chez elle. «En sachant votre profession, est-il possible pour notre sécurité de ne pas toucher les portes des parties communes ou peut-être pour ces prochains jours d’essayer de loger ailleurs? Et peut être aussi de sortir votre chien plus loin?». 
 
Ulcérée (on le serait à moins), «dépitée par la connerie des gens», Sophie l’aide-soignante a publié le message sur son compte Facebook, avant de confier à France 3 Occitanie: «Je ne suis pas une terroriste mais un personnel soignant!» 
 
Olivier, le propriétaire parisien qui voulait héberger une infirmière, est tout aussi interloqué. « Ces personnes ont des peurs irrationnelles, ont vu un lien direct entre elle, l’hôpital, le virus et notre immeuble. Ça va laisser des traces, je ne sais pas comment on va gérer ça à la fin de l’épidémie». 

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sophie, l'aide-soignante de Toulouse, a publié le mot d'un voisin sur Facebook

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-