Leurs enfants sont morts un jour trop tôt, la Sécu leur réclame 845 euros

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Leurs enfants sont morts un jour trop tôt, la Sécu leur réclame 845 euros

Publié le 17/10/2018 à 20:06 - Mise à jour à 20:15
© FRED DUFOUR / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un couple dont les triplés sont mort-nés après cinq mois de grossesse en décembre dernier a reçu un mois plus tard une demande de remboursement de l'Assurance maladie de 845 euros. Le drame est en effet survenu un jour trop tôt pour que l'indemnité de maternité soit reconnue.

Du point de vue de l'Assurance maladie, il ne s'agissait certainement que de l'application automatique d'une règle préétablie. Pour ce couple en deuil, c'était un courrier d'une indélicatesse incroyable.

L'homme et la femme habitant Chalon-sur-Saône se sont vu réclamer par la Sécurité sociale un trop perçu de 845 euros en janvier dernier, un mois après que la jeune femme, Mégane, a accouché de trois enfants mort-nés à l'issue de cinq mois d'une grossesse très compliquée.

Durant cette période, Mégane a bénéficié d'une indemnité de maternité. Or, ces traitements ne sont valables que si la grossesse dure 22 semaines. Dans le cas contraire, l'Assurance maladie considère que ce sont les indemnités maladie, moins importantes, qui doivent jouer. Les trois filles pour lesquelles le couple avait déjà choisi des prénoms sont mort-nées après 21 semaines et six jours de grossesse...

Voir: Deux médecins ramènent son bébé mort-né à la vie, elle porte plainte

Une différence d'un jour qui scandalise le couple. "Selon eux, j’ai accouché un jour trop tôt. Je considère ça comme une injustice totale", a déclaré la jeune femme au Journal de Saône-et-Loire. Elle a donc engagé une procédure devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale.

De son côté la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) reconnaît une "maladresse" dans la gestion de ce dossier. Elle précise cependant que pour des cas particuliers comme celui-ci, il est possible de faire appel à un conciliateur pour qu'un œil humain examine le dossier et formule une recommandation afin de trouver une solution à l'amiable. Celle-ci ne serait cependant plus possible dans cette situation, la saisine du tribunal de la Sécurité sociale empêchant de revenir vers le conciliateur.

Lire aussi:

Bébé décapité pendant l'accouchement: la mère témoigne et continue le combat

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'Assurance maladie a réclamé 845 euros à un couple dont les trois enfants sont mort-nés un jour avant les cinq mois de grossesse.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-