L'homme qui s'était évadé du commissariat de Poitiers a été appréhendé en banlieue parisienne

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

L'homme qui s'était évadé du commissariat de Poitiers a été appréhendé en banlieue parisienne

Publié le 10/06/2015 à 11:47 - Mise à jour à 11:57
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

Un homme de 37 ans qui s'était évadé le 2 juin du commissariat de Poitiers, et qui avait menacé de mort son ex-compagne, vient d'être arrêté à proximité de Pari. Sa cavale aura duré huit jours.

La cavale aura duré huit jours. L'homme qui avait réussi à s'échapper d'un commissariat de Poitiers le 2 juin dernier vient d'être appréhendé ce mercredi matin en banlieue parisienne.

L'homme de 37 ans purgeait jusque-là une peine de prison ferme pour violence et trafic de stupéfiants, et était incarcéré au centre pénitentiaire de Vivonne dans le département de la Vienne. Ayant menacé son ex-compagne via un appel sur un téléphone portable passé depuis sa prison, où il menaçait selon les propos relatés par la victime à France Bleu Poitou, de la tuer et de la brûler, il avait été convoqué dans les locaux de l'Hôtel de police de Poitiers. Il devait y être entendu par les enquêteurs dans le cadre de ces menaces de mort. C'est là qu'il était parvenu à échapper à l'attention des policiers et s'est fait la belle.

Craignant pour sa vie, et que son ex-compagnon se soit évadée pour la tuer, la jeune femme avait quitté son domicile et vivait cachée chez des proches avec sa fille de 9 ans, à Perpignan (Pyrénées-Orientales), évitant même de se rendre au travail, de peur que l'homme l'y attende. "Il connaissait mon lieu de travail (...) et c'est aussi pour la sécurité des gens qui travaillent avec moi", avait expliqué la jeune femme.

Le détenu a finalement été arrêté ce mercredi, vers six heures du matin, sur la commune de Saint-Ouen-l'Aumône dans le département du Val d'Oise à 370 kilomètres de son lieu d'évasion. Il a été appréhendé par les policiers de l’Office central de lutte contre le crime organisé (Oclo) de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme s'était évadé alors qu'il était entendu à l'Hôtel de police de Poitiers pour des faits de menaces de mort.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-