Lilian Lepère, rescapé des frères Kouachi, porte plainte contre certains médias

Lilian Lepère, rescapé des frères Kouachi, porte plainte contre certains médias

Publié le 18/08/2015 à 19:37 - Mise à jour à 19:45
©Capture d'écran Dailymotion
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Lilian Lepère, caché dans l'imprimerie de Dammartin-en-Goële pendant que les frères Kouachi y étaient retranchés, a porté plainte contre certains médias qui ont révélé sa présence en direct. Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire.

Deux jours après les attentats contre Charlie Hebdo, le 7  janvier dernier, la cavale des frères Kouachi prend fin dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële.   Lilian Lepère, jeune graphiste de 26 ans, était dans le bâtiment vendredi 9 quand Chérif et Saïd Kouachi s'y sont retranchés. Il va rester caché pendant plus de huit heures dans un meuble avant l'assaut final mené par les hommes du GIGN.

S’il s’en est sorti sain et sauf, Lilian Lepère estime que sa vie a été mise en danger par les médias, plus particulièrement par RMC, France-2 et TF1, contre lesquels il a porté plainte le 9 juillet dernier,  a révélé  ce mardi Le Parisien-Aujourd’hui en France.

Par conséquent le parquet de Paris a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire la semaine dernière, le 13 août, a indiqué une source judiciaire suite à cette plainte. Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la PJ parisienne.

L’ouverture d’une enquête est une  "très bonne nouvelle", a estimé l’avocat de Lilian Lepère, Me Antoine Casubolo-Ferro dans les colonnes du Parisien. "Ce qu’on peut en attendre, c’est que cela fasse réfléchir les médias la prochaine fois", a-t-il ajouté.

La plainte vise particulièrement l'interview par RMC du député de la circonscription, Yves Albarello, qui avait fait cette révélation. La mise en danger de la vie d'autrui implique une "violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement".

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) avait relevé en février dernier 36 manquements aux règles de la communication audiovisuelle lors de la couverture que les radios et télévisions ont faite des attentats de Paris du 7 au 9 janvier.
 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Lilian Lepère considère que plusieurs médias ont mis sa vie en danger en révélant sa présence dans l'imprimerie de Dammartin.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-