Victime d'une agression homophobe, la police l'accuse de "provocation"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Victime d'une agression homophobe, la police l'accuse de "provocation"

Publié le 03/01/2019 à 15:23 - Mise à jour à 15:57
© Bertrand GUAY / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un Montpelliérain de 34 ans a été agressé dans la rue alors qu'il marchait au bras de son compagnon à Lille mercredi dernier. La police a refusé qu'il porte plainte après ces violences homophobes sous prétexte "que se tenir par le bras était une provocation". Il témoigne.

Il ne comprend toujours pas pourquoi la police a refusé qu'il porte plainte. Mercredi 26 décembre, Farès Araoudiou, un Montpelliérain de 34 ans, a été agressé dans la rue à Lille alors qu'il se promenait au bras de son compagnon vers 22h.

Trois individus les ont insultés mais le trentenaire ne s'est pas laissé faire et une bagarre a éclaté. Il est parvenu à les faire fuir mais a tout de même eu une clavicule et deux côtes fêlées.

Le couple, choqué, a alors décidé d'aller porter plainte au commissariat central de Lille. En raison du plan vigipirate, le bâtiment n'était pas ouvert au public et les deux homosexuels ont donc dû expliquer l'agression dont ils venaient d'être les victimes à l'interphone.

A voir aussi: Animateurs, artistes et politiques se mobilisent contre l'homophobie (vidéo)

"On n'a pas voulu prendre ma plainte. Ils m'ont expliqué qu'il fallait un certificat médical pour recevoir la plainte et on m'a fait comprendre que ce qui était arrivé était de notre faute. Que se tenir par le bras était une provocation", a expliqué Farès Araoudiou à France Bleu.

Malgré ses demandes, il n'a donc pas pu porter plainte auprès du commissariat de Lille et ce n'est que le lendemain, une fois à Montpellier où il réside, qu'il s'est rendu à la clinique Saint-Jean.

Là un médecin lui a prescrit quatre jours d'ITT, incapacité totale de travail, ainsi que 20 jours d'arrêt maladie.

Samedi 29 décembre, Farès Araoudiou s'est rendu au commissariat de Montpellier où il a enfin pu déposer plainte.

Malgré sa très mauvaise expérience auprès de la police de Lille, le trentenaire a assuré qu'il n'en voulait pas à la police "qui fait un travail magnifique et qui est un métier totalement respectable (...). Ce n'est pas parce que 0.001 % de la profession ne fait pas son travail qu'il faut casser une profession".

Le jeune homme a reçu de nombreux messages de soutien depuis la médiatisation de son affaire. Il a d'ailleurs fait savoir que certains internautes avaient eux aussi rencontré des difficultés pour porter plainte au commissariat central de Lille.

A lire aussi:

Homophobie: face à l'"augmentation des agressions", un plan annoncé lundi

Gilets jaunes: un couple gay victime d'une agression homophobe sur un barrage

Homophobie: deux hommes écroués après une violente agression à Rouen

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un jeune victime d'une agression homophobe n'a pas pu porter plainte au commissariat de Lille.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-