Lisieux: une bagarre entre un urulogue et un anesthésiste dans le bloc opératoire

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Lisieux: une bagarre entre un urulogue et un anesthésiste dans le bloc opératoire

Publié le 30/05/2018 à 14:32 - Mise à jour à 14:49
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

En février 2017, deux médecins de la polyclinique de Lisieux (Calvados) en sont venus aux mains, notamment dans le bloc opératoire. Les deux hommes, un urulogue et un anesthésiste, comparaissaient samedi devant la chambre disciplinaire de l’ordre des médecins.

Les deux médecins en sont venus aux mains au sein même du bloc opératoire. Deux praticiens de la polyclinique de Lisieux, dans le Calvados, sont passés samedi 26 devant la chambre disciplinaire de l’ordre des médecins à Caen. Ils risquent tous les deux la radiation.

Les faits remontent à février 2017 rapporte Le Parisien qui révèle l'information. Un des médecins, anesthésiste, vient d'apprendre qu'une nouvelle opération doit avoir lieu au bloc après 18h alors que selon l'habitude, et sauf urgence, aucune autre ne doit être programmée après 16h.

Seul anesthésiste présent dans l’établissement ce jour-là, il n’entend pas rester pour endormir la patiente suivante. Il entre donc dans un profond état de colère dans le bloc opératoire pour s'en prendre à celui qui a programmé l'opération surnuméraire: un urologue alors en train d'opérer une patiente depuis plusieurs heures.

Lire aussi - Toutes les 30 minutes, un soignant se fait agresser dans les hôpitaux français

L'anesthésiste s'en prend alors violemment à son collègue l'insultant copieusement, notamment de "connard incompétent". Le ton monte très vite et le chirurgien saisit finalement un récipient d'antiseptique qu'il jette au visage de l'anesthésiste, précise le quotidien. Recouvert de bétadine ce denrier s'empare d’un ciseau posé sur une table pourtant stérile et fonce en direction de son confrère. Il est heureusement ceinturé de justesse par un infirmier qui parvient à l'éjecter du bloc.

Le fait divers, pas banal, ne s'arrête toutefois pas là. En effet, les deux hommes vont poursuivre leur rixe dans les vestiaires de l'hôpital un peu plus tard. "Téléphones retrouvés par terre, montre cassée… L’explication a laissé des traces", rapporte Le Parisien. Et d'ajouter: "À la sortie de la clinique, le chirurgien aurait encore franchi un cap. Armé de sa mallette d’ordinateur, il aurait frappé son confrère au visage. Bilan: une fracture au niveau de l’œil et un mois d’arrêt de travail".

Cette bagarre dans le bloc opératoire aurait pu s'avérer extrêmement dangereuse pour la patiente qui se faisait alors opérer. "Il aurait suffi de toucher une carotide de la patiente, et vous l’auriez tuée. On a évité de peu un drame catastrophique", s'est emporté un des médecins de la chambre disciplinaire.

L'anesthésiste a déposé sa démission après les faits. Les deux médecins seront fixés sur une éventuelle sanction, la radiation faisant partie des possibilités, d’ici un mois environ.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les deux médecins se sont battus dans le bloc opératoire.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-