Loire: défiguré et dans le coma, un homme est laissé pour mort après une agression

Loire: défiguré et dans le coma, un homme est laissé pour mort après une agression

Publié le 17/07/2017 à 09:50 - Mise à jour à 10:23
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Samedi soir, un homme a été retrouvé par la police alors qu'il gisait dans une flaque de sang à Sury-le-Comtal, dans la Loire. Défigurée et dans le coma, la jeune victime avait un peu plus tôt été passée à tabac par une dizaine d'inconnus.

C'est le choc dans la petite commune de Sury-le-Comtal, dans la Loire, où un homme a été retrouvé entre la vie et la mort samedi 15 dans la soirée. Vers 21h30 ce jour là, les pompiers et gendarmes ont été appelés parce qu'une personne gisait inconsciente sur la route, au rond-point Charles de Gaulle, dans une flaque de sang.

Selon des témoins de la scène, la victime avait auparavant été violement passée à tabac par une dizaine de personnes. Selon les secours, le jeune homme serait âgé entre vingt et trente ans. Les coups qui lui ont été portés ont été si brutaux que son identification n'a pas pu être formellement établie.

Défiguré et dans le coma, il a été héliporté en urgence absolue jusqu'à l'hôpital Nord de Saint-Etienne, à une vingtaine de kilomètres de là. Il n'était en possession d'aucune pièce pouvant prouver son identité ni véhicule, une enquête pour tentative d'homicide suit donc son cours pour d'une part découvrir qui est la victime et d'autre part arrêter ses agresseurs. C'est la brigade de recherche de la gendarmerie de Montbrison qui en a été chargée, elle devra aussi découvrir les causes de la course poursuite à pied puis de la très violente bagarre qui s'en est suivie.

Cependant dimanche 16 au soir, aucune arrestation n'avait encore été effectuée. Dans la ville de 6.000 habitants c'est l'accablement, comme le rapporte France Bleu Saint-Etienne Loire: "J'ai 80 ans, je n'ai jamais vu Sury comme ça, la population a changé. Je ne peux pas vous dire pourquoi mais ils se bagarrent. On n'a jamais vu ça, moi je dis qu'il ne faut plus sortir de chez soi... C'est Sury... C'est Sury de maintenant, pas Sury d'avant".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes tentent maintenant de découvrir l'identité de l'homme et de ses agresseurs.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-