Lorient: une femme déséquilibrée poignarde quatre personnes en pleine rue

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Lorient: une femme déséquilibrée poignarde quatre personnes en pleine rue

Publié le 06/10/2017 à 11:58 - Mise à jour à 12:07
© Geoffroy Van der Hasselt / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une femme d'une quarantaine d'années a été interpellée à Lorient dans la nuit de jeudi à ce vendredi, car elle est soupçonnée d'avoir poignardé quatre personnes. Les autorités ont tout de suite écarté la piste terroriste, au vu des antécédents psychologiques de la personne.

Une femme de 39 a semé la panique dans la nuit de jeudi 5 à ce vendredi 6 dans le centre-ville de Lorient. Selon une information de 20 Minutes, cette dame, armée d'un couteau de cuisine (avec une lame de 30 centimètres), a attaqué deux personnes peu avant minuit. Ses deux victimes ont été légèrement blessées au niveau du visage et des mains.

Deux autres personnes avaient également été agressées dans la soirée. Les blessures étaient également légères dans les deux cas.

Les autorités ont été prévenues après minuit et se sont rendues rapidement sur les lieux pour interpeller la future quadragénaire. Elle était connue des services de police pour des faits de violences dans d'autres régions, mais aussi pour souffrir d'antécédents psychiatriques. Cet élément a permis aux policiers qui l'ont interpellée d'écarter rapidement la piste terroriste.

Mais ils n'ont pu la placer en garde à vue pour son geste. Car après examen médical, elle a été déclarée incompatible avec cette procédure judiciaire et a ensuite été internée en hôpital psychiatrique.

La sûreté départementale a tout de même ouvert une enquête qui a été confiée au commissariat de Lorient, chargé d'établir les circonstances exactes de la quadruple agression.

Les attaques au couteau provenant de personnes déséquilibrées, et sans motivation terroriste, ne sont pas rares. Le mois dernier, à Marseille, un homme psychologiquement perturbé s'en était pris à plusieurs innocents au petit matin. Là aussi la piste terroriste avait été écartée rapidement, et l'internement en hôpital psychiatrique ordonné.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Deux personnes ont été blessées au niveau du visage et des mains. Deux autres ont également été agressées.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-