Lycée Bergson: 6 mois avec sursis requis contre le policier qui avait violemment frappé un élève (VIDEO)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Lycée Bergson: 6 mois avec sursis requis contre le policier qui avait violemment frappé un élève (VIDEO)

Publié le 11/11/2016 à 15:26 - Mise à jour à 15:27
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le parquet à requis jeudi six mois de prison avec sursis contre le policier qui avait violemment frappé un élève du lycée Bergson, en mars dernier, suscitant une vague d'indignation. "Ce n'est pas tous les jours qu'on voit un fonctionnaire de police frapper un enfant", a rappelé l'avocat de la jeune victime pendant le procès.

Le parquet a requis jeudi 10 six mois de prison avec sursis contre un policier jugé pour avoir porté un violent coup de poing à un élève de 15 ans du lycée Bergson à Paris un jour de mobilisation contre la loi Travail.

La vidéo de la scène, le 24 mars, avait été largement diffusée et choqué le ministre de l'Intérieur. Elle a aussi choqué lors de sa diffusion devant le tribunal correctionnel de Paris, notamment les parents du jeune homme, à qui le visionnage a semblé particulièrement pénible.

L'élève de seconde est à terre, entouré de policiers. "Lève toi! Lève toi!!!", lui lance l'un des policiers, casqué, avant de lui porter un violent coup de poing au visage.

Sous l'effet du coup, il bascule et chute.

Face aux juges, le gardien de la paix, en costume cravate, s'exprime posément. Il invoque un "malheureux concours de circonstances". Ce jour-là, les lycéens organisent un nouveau blocus de leur établissement. Les policiers évoquent des jets d'œufs, de farine, quelques uns des jets de pierres, de pavés, de bouteilles.

A la barre, le gardien de la paix, prénommé Sofiane, assure que lorsque les policiers ont relevé le jeune homme juste après l'avoir interpellé, il a senti "comme des doigts au niveau de la jugulaire" de son casque. "Je me suis senti en danger", dit-il.

Il voulait lui porter un coup au niveau du plexus, un geste "proportionné" au vu de la situation, estime-t-il, mais "l'appui sur la nuque" du jeune homme, que tenait l'un de ses collègues, "l'a fait se baisser". "En aucun cas il n'y a eu de volonté de le toucher au visage", assure le policier, "je ne me serais jamais permis" d'exercer des violences "sachant qu'on est filmés en permanence".

"A quoi sert votre geste?", étant donné qu'un autre policier immobilise l'adolescent, demande la présidente. "Je ne l'ai pas vu", répond le fonctionnaire, qui invoque "l'effet tunnel": "focalisé sur une action, vous ne faites pas forcément attention à ce qui se passe autour de vous".

L'adolescent raconte devant le tribunal que le policier le "frappe par terre", puis une fois debout, "me donne un coup de poing dans la tête".

La présidente souligne que pendant l'enquête, le fonctionnaire a "largement modifié" sa version après avoir vu les images. Celles-ci sont bien loin de confirmer la présence d'une "foule hostile" au moment où part le coup. En revanche, elles correspondent parfaitement aux déclarations de l'adolescent.

Le policier regrette, pour la victime, mais regrette aussi "que l'image de la police nationale ait été ternie". "Ce n'est pas tous les jours qu'on voit un fonctionnaire de police frapper un enfant", plaide l'avocat de la victime, maître Arié Alimi, pour qui "c'est bien le visage qui est visé".

"Il n'y a aucune impunité envers les fonctionnaires de police", souligne le procureur dans son réquisitoire, étrillant au passage la "volonté de ne rien dire de la part des fonctionnaires qui étaient présents". Qu'il ait visé le plexus ou le visage, le geste du policier est d'une "illégitimité absolue", selon le magistrat.

Sur la vidéo, on voit un "fonctionnaire de police qui a perdu ses nerfs sur un gamin, après avoir passé un mauvais moment" en ayant subi des jets d'œufs, poursuit-il. Cependant, le procureur a "envie de croire" que le fonctionnaire est "conscient de la gravité de son geste". Il a donc proposé au tribunal de ne pas inscrire sa condamnation à son casier judiciaire.

Insistant sur le manque de formation de son client en matière de maintien de l'ordre, l'avocat du policier a demandé au tribunal de considérer ces violences comme involontaires.

Jugement le 23 novembre.

(Voir ci-dessous la vidéo du coup porté à l'élève par le policier)

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Dans son réquisitoire, le procureur a étrillé la "volonté de ne rien dire de la part des fonctionnaires qui étaient présents".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-