Lyon: mise en examen d'un animateur en périscolaire pour corruption de mineurs et agressions sexuelles

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Lyon: mise en examen d'un animateur en périscolaire pour corruption de mineurs et agressions sexuelles

Publié le 15/02/2017 à 12:45 - Mise à jour à 12:51
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un animateur d'activités périscolaires d'une école lyonnaise a été mis en examen pour "corruption de mineurs et agressions sexuelles" ce mercredi. Il est accusé d'avoir agressé sexuellement deux enfants d'une dizaine d'années.

Le suspect est un jeune homme, animateur d'activités périscolaires, également employé de l'Education Nationale. Il a été accusé lundi 13 d'avoir agressé sexuellement deux enfants de l'école primaire Charles Peguy dans le VIIIe arrondissement de Lyon.

Ce mercredi 15, il a été mis en examen pour "corruption de mineurs et agressions sexuelles" dans le cadre d’une enquête lancée après une alerte donnée par l’une des jeunes victimes. Les faits de corruption seraient corroborés par des messages et des vidéos à connotation sexuelle émanant d'un compte sur les réseaux sociaux appartenant au suspect et retrouvés par les enquêteurs. Ces échanges entre l'animateur et les victimes présumées, âgées d'une dizaine d'années, étaient communiqués via des smartphones.

Les attouchements auraient été commis sur l'une des écolières, par-dessus ses vêtements. La parquet a tenu à préciser que pour l'heure, le suspect niait l'ensemble des faits qui lui sont reprochés et appelle à la plus grande prudence sur cette affaire. Les faits remonteraient au lundi 6 février.     

En poste depuis trois ans, ce jeune homme a été "immédiatement suspendu de ses fonctions dès sa mise en examen" et le restera pendant toute la procédure judiciaire a fait savoir la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale au journal 20 minutes. Le suspect, qui n'avait pas de casier judiciaire, exerçait ses fonctions depuis 3 ans. Une cellule d'écoute a été mise en place pour les enfants et les parents d'élèves de l'école Charles Péguy.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les attouchements auraient été commis sur l'une des écolières, par-dessus ses vêtements.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-