Lyon: un McDo était devenu un repaire de dealers

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Lyon: un McDo était devenu un repaire de dealers

Publié le 30/10/2015 à 17:42 - Mise à jour à 17:49
©Seth Perlman/AP/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Huit employés du McDonald's de Genay, dans la banlieue lyonnaise, ont été licenciés pour avoir organisé des fêtes alcoolisées et des trafics de drogue sur leur lieu de travail.

Ce sont des faits pour le moins étonnants qui se sont déroulés dans un restaurant non-franchisé de l'entreprise McDonald's à Genay, dans la métropole lyonnaise. Selon le quotidien régional Le Progrès, neuf salariés de l'établissement, après la fermeture, organisaient des fêtes très alcoolisés, des parties de jeux clandestins ou encore consommaient du cannabis pendant plusieurs mois, notamment fin 2014. Plusieurs clients profitaient du même "drive" de ce McDonald's pour se fournir en cannabis auprès de dealers. Dès que le restaurant était fermé, la balance du bar servait à peser les barrettes de cannabis, et la drogue se trouvait dans les casiers personnels des salariés incriminés.

Deux salariés de l'entreprise ont témoigné de ces débordements, dénonçant la formation de clans au sein de l'équipe et des conditions de travail délétères.

Une manager de l'établissement a témoigné dans les colonnes du Progrès: "j'étais tout le temps en guerre avec une poignée de salariés qui travaillaient le soir. J'étais leur supérieure hiérarchique et j'ai dû faire face à des refus de travailler. Ils fumaient des joints sans se laver les mains pour cuisiner. Les plus simples mesures d'hygiène n'étaient pas toujours respectées".

Selon McDonald's, la direction lyonnaise a lancé "neuf procédures de licenciement à l'encontre de ces salariés avec notification de mises à pied conservatoires". Huit licenciements pour faute grave ont été notifiées finalement.

Deux salariés, présentés comme des élus du personnel et dont le témoignage est rapporté par Le Progrès, ont indiqué au quotidien avoir fait l'objet de menaces et s'être sentir "lâchés" après avoir alerté leur hiérarchie. Ils sont désormais en arrêt maladie suite à des menaces perpétrées par certains anciens salariés.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un McDonald's lyonnais se transformait en repaire de dealers une fois le rideau baissé.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-