Maëlys: à Pont-de-Beauvoisin, la tension entre les proches de Maëlys et de Nordahl L.

Maëlys: à Pont-de-Beauvoisin, la tension entre les proches de Maëlys et de Nordahl L.

Publié le 23/11/2017 à 16:15 - Mise à jour à 16:32
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Ce week-end, la petite Maëlys aura disparu depuis 13 semaines. Sur place, la plupart des habitants voient la pression peu à peu retomber. Mais du côté des proches de la famille de la petite, ou du suspect Nordahl Lelandais (qui nie son implication), l'ambiance reste tendue dans une commune où l'on se croise facilement.

La nuit du 25 au 26 novembre, cela fera 13 semaines que la petite Maëlys de Araujo aurait été enlevée à la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, en Isère, en marge d'une fête de mariage. Sur place, après des premières semaines éprouvantes entre la présence remarquée des journalistes, la battue citoyenne et l'accumulation de détails sordides sur l'emploi du temps et la personnalité du principal suspect Nordahl Lelandais, la pression retombe.

Lire aussi: Disparition de la petite Maëlys: à Pont-de-Beauvoisin, la vie reprend son cours

L'ancien militaire de 34 ans est en détention provisoire dans une cellule de la prison de Saint-Quentin-Fallavier et personne ne sait ce qu'est devenue la malheureuse enfant, malgré les fouilles considérables dans la majorité des plans d'eau de la région. Dans les rues de Pont-de-Beauvoisin que ce soit du côté de l'Isère ou de la Savoie (une commune homonyme existe en effet de l'autre côté de la rivière du Guiers qui sépare les deux départements), le calme est revenu. Des affichettes sur les vitrines des commerces rappellent cependant que le secteur reste en haleine des avancées de l'enquête.

La tension reste cependant forte entre la famille et les proches de Maëlys de Araujo (qui bien que venant du Jura est originaire de la région de Pont-de-Beauvoisin) et ceux de Nordahl Lelandais. Le frère du suspect, Sven Lelandais, a notamment eu à plusieurs reprises l'occasion d'échanger des propos houleux (et inversement) avec les proches de l'enfant. Celui qui défend bec et ongles son petit frère a déjà échangé sur les réseaux sociaux des insultes avec un cousin de Maëlys comme le révélait France-Soir.

A lire: Info France-Soir - Maëlys: les tensions entre ses proches et la famille du suspect Nordahl L.

Aux dires des témoins, le frère du suspect croise régulièrement les proches de la fillette dans les rues de la commune. Les Lelandais habitent à Domessin (Savoie) un village adjacent à Pont-de-Beauvoisin, à quelques minutes en voiture de la salle polyvalente où l'enfant s'est volatilisée. Et visiblement, le contact est toujours difficile, même plusieurs mois après les faits. "Je vois souvent Sven dans les rues de Pont-de-Beauovisin. Et il n'hésite pas à faire le fanfaron (sic) devant les autres, il ne rase absolument pas les murs" décrit Cécile*, un témoin présent au mariage et qui est visiblement excédé par le manège du frère (qui n'a jamais été impliqué un seul instant dans l'affaire). Le trentenaire avait essayé dans un premier temps, via l'un de ses nombreux comptes Facebook, de mettre en place un groupe de soutien pour son frère, sans grand succès visiblement. Il a aussi essayé, selon nos sources, de contacter des proches des mariés, et se serait fait sèchement éconduire, laissant entendre que dans l'environnement familial de la petite, personne ne doute de la culpabilité de Nordahl Lelandais, qui reste présumé innocent. "Il n'a pas essayé de me contacter" nous affirme Cécile qui juge qu'"il n'intéresse pas grand monde". Contacté par France-Soir, le frère du suspect n'a pas souhaité s'exprimer.

*Le prénom a été modifié

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le calme revient à Pont-de-Beauovisin, où les proches de Maëlys ou de Nordahl Lelandais se croisent.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-