Mali: une piste après l'assassinat de journalistes de RFI en 2013

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Mali: une piste après l'assassinat de journalistes de RFI en 2013

Publié le 27/01/2017 à 12:58
©RFI/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Suite aux révélations de France 2 dans l'émission "Envoyé Spécial", concernant un possible lien entre l'assassinat de deux journalistes -Ghislaine Dupont et Claude Verdon- et des tractations menées en 2013 pour la libération d'otage au Niger, France Médias Monde a demandé à la justice de mener son enquête.

Une enquête diffusée jeudi 26 sur la chaîne France 2 accrédite pour la première fois l'hypothèse d'un lien entre les tractations menées en 2013 pour la libération des otages enlevés à Arlit (Niger) et l'assassinat de deux journalistes de RFI quatre jours plus tard au Mali.

Les deux reporters français, Ghislaine Dupont, 57 ans, et Claude Verlon, 55 ans, sont kidnappés au cours d'un reportage puis abattus près de Kidal le 2 novembre 2013, quelques mois après l'intervention française Serval qui a mis en déroute les djihadistes dans le nord du pays.

Leur exécution est revendiquée, dès le lendemain, par Abdelkrim le Touareg, un des principaux dirigeants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"L'assassinat des journalistes est le minimum de la facture que le président François Hollande et son peuple doivent payer", souligne le texte de revendication, cité dans le reportage "Otages d'Etat" qui a été réalisé pour le compte de l'émission Envoyé Spécial.

Ce même Abdelkrim le Touareg -qui sera tué par les forces spéciales françaises en mai 2015- est aussi impliqué dans l'enlèvement de cinq Français, un Malgache et un Togolais en septembre 2010 à Arlit au Niger. Les quatre derniers d'entre eux ont été libérés le 29 octobre 2013.

Le terme "facture" intrigue les journalistes d'Envoyé Spécial d'autant qu'une rançon "d'au moins 30 millions d'euros" venait d'être versée, selon leur enquête, pour la libération des quatre otages d'Arlit. "Cette transaction aurait-elle fait quelques mécontents?", s'interrogent-ils.

Au fil de leur enquête, ils décortiquent deux canaux de négociation en concurrence, animés par deux anciens de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), Jean-Marc Gadoullet, mandaté par Areva, et Pierre-Antoine Lorenzi, favorisé par Cédric Lewandowski, directeur de cabinet du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

"L'Etat français a laissé s'installer et se superposer différentes filières de négociateurs qui se sont fait la guerre sur la terrain. Ca enlise la négociation, cela énerve les ravisseurs, ça fait monter les enchères, ça complique le dossier", explique Michel Desplatx à l'AFP.

Les reporters d'Envoyé spécial découvrent que les journalistes de RFI enquêtaient eux aussi sur les négociations d'Arlit et les rançons versées.

Durant leur enquête, ils accèdent à un certain nombre de documents émanant de la Direction du renseignement militaire (DRM) et de la DGSE qui font un lien entre les deux affaires.

"Baye Ag Bakabo a vivement reproché de n'avoir jamais reçu l'argent en remerciement de l'aide apportée aux équipes chargées de la garde d'otages" d'Arlit, souligne une note des services de renseignement présentée dans le reportage, en référence au chef du commando ayant assassiné les deux journalistes.

"L'assassinat serait le fait d'individus agissant par vengeance", évoque la DRM dans un autre document.

Selon les services français, le commando, emmené par Baye Ag Bakabo, appartenait à la katiba (bataillon de djihadistes) dirigée par Sidan Ag Hitta et aux ordres d'Abdelkrim le Touareg.

Ces mêmes hommes avaient participé à la garde des otages d'Arlit durant les derniers jours de leur captivité au Mali. Baye Ag Bakabo est aussi le propriétaire du pickup retrouvé près des corps des deux journalistes.

Selon Envoyé Spécial, une partie de la rançon ne serait pas arrivée à ses destinataires. Trois millions d'euros n'ont pas été "décaissés", affirme Pierre-Antoine Lorenzi devant la caméra.

"Certaines rumeurs ont couru au Nord-Mali selon lesquelles la somme qui avait été donnée (...) était incomplète, il manquait de l'argent dedans. Cela a mis en fureur un des lieutenants d'Abou Zeid (un des chefs d'AQMI)", autrement dit Abdelkrim, renchérit Alain Juillet, ancien directeur du renseignement à la DGSE.

Selon plusieurs sources d'Envoyé Spécial, Sidan Ag Hitta aurait aussi demandé, dans le cadre des négociations d'Arlit, que ses neveux emprisonnés à Bamako pour prise d'otage soient libérés. En vain.

Dans un communiqué diffusé dans la nuit de jeudi 26 à ce vendredi 27, France Médias Monde (qui regroupe RFI et la chaîne d'information continue France 24) "souhaite que la justice se saisisse des éléments révélés dans le documentaire +d'Envoyé Spécial+".

Interrogés par l'AFP, le cabinet de Jean-Yves Le Drian et l'état-major se sont refusés à tout commentaire, arguant de l'enquête judicaire en cours à Paris.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ghislaine Dupont et Claude Verlon avaient été tués au Mali plusieurs mois après leur enlèvement au cours d'un reportage en 2013.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-