Maltraitance animale: L214 dévoile une nouvelle vidéo choc d'un élevage de visons

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Maltraitance animale: L214 dévoile une nouvelle vidéo choc d'un élevage de visons

Publié le 22/02/2018 à 11:20 - Mise à jour à 12:11
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'association L214 a dévoilé ce jeudi une vidéo choc d'un élevage de visons en Vendée. Les petits animaus, tués pour leur fourrure à l'âge de huit mois, y sont élevés dans des petites cages dans des hangars insalubres.

L'association de lutte pour la protection animale L214 a publié ce jeudi 22 une vidéo choc pour illustrer la maltraitance des visons, tués pour leur fourrure. Le court film a été tourné dans un élevage situé en Vendée.

La vidéo de presque trois minutes montre les petites bêtes entassées trois par trois dans des petites cages sur lesquelles de la nourriture est déposée chaque jour, ce qui n'est pas mangé fini par pourrir.

A voir aussi: Fourrure - L214 dénonce les conditions d'élevage de lapins

Les visons sont élevés dans des grands hangars insalubres, mal isolés, sans fenêtres et particulièrement sales. La vidéo diffusée sur BFMTV montre ces animaux, normalement semi-aquatiques, en très mauvaise santé.

A cause de l'enfermement et de la promiscuité, les 5.000 visons de cet élevage se battent entre eux et en viennent même à s'automutiler. "Ce sont des cages assez sordides, qui n'ont pas l'air très propres. Ce sont normalement des animaux semi-aquatiques qui vivent près des cours d'eau. Ces animaux deviennent fous dans ces cages", a expliqué Sébastien Arsac, porte-parole de l'association.

Normalement, dans leur milieu naturel les visons vivent jusqu'à dix ans. Dans ces grands hangars, ils sont gazés à leurs huit mois.

L'association veut, par cette vidéo choc, alerter la population sur les conditions de vie, et de mort, des visons et autres animaux élevés et tués pour leur fourrure. L214 appelle d'ailleurs l'Etat à interdire ce genre de pratique, ce qu'ont déjà fait de nombreux pays européens.

En France, une dizaine d'élevages de visons sont toujours en activité, cela représente près de 100.000 individus selon L214.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Dans ces hangars, L214 dénonce les conditions d'élevage des visons, ensuite tués pour leur fourrure.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-