Manifestation à Marseille: des policiers accusés de "tentative d'homicide"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Manifestation à Marseille: des policiers accusés de "tentative d'homicide"

Publié le 02/05/2019 à 13:43 - Mise à jour à 14:05
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Médiapart a révélé mardi 30 avril la plainte d'une jeune fille de 19 ans qui a été grièvement blessée au crâne le 8 décembre à Marseille durant l'acte 4 des Gilets jaunes. Son avocat assure que des vidéos montrent les policiers la frapper au sol après qu'elle a été touchée par un tir de LBD.

La cicatrice est particulièrement impressionnante. Au regard de la vingtaine d'agrafes parcourant le crâne de la jeune fille de 19 ans, difficile de concevoir que ses blessures sont la conséquence d'un usage "proportionné" de la force. Ce n'est d'ailleurs pas pour un usage excessif de la force mais bien pour "tentative d'homicide" qu'une plainte, révélée par Médiapart, a été déposée contre la police par cette Marseillaise gravement blessée durant l'Acte 4 des Gilets jaunes.

La jeune femme affirme ne même pas avoir participé à la manifestation. Elle reconnaît avoir à un moment donné "bêtement" jeté des pétards qu'elle avait en prévision d'un match de foot. Ce n'est d'ailleurs qu'une quinzaine de minutes plus tard qu'elle aurait été blessée par les forces de l'ordre.

Voir: "Gilets jaunes" - 209 enquêtes sur des soupçons de violences policières

Elle aurait d'abord été touchée à la jambe par un tir de Lanceur de balles de défense (LBD). Elle affirme qu'alors qu'elle se trouvait à terre, plusieurs policiers l'auraient alors violemment matraquée et frappée à coups de pied, avant de se disperser, sans s'inquiéter de l'état de santé de la victime.

Bilan pour la jeune fille: une imposante cicatrice sur la tête, un traumatisme crânien et une hémorragie méningée. Entre les fonctionnaires qui l'auraient frappée et ceux qui ne seraient pas intervenus, ce sont une quinzaine de policiers qui seraient accusés de "tentative d'homicide" (ce qui suppose une volonté de tuer) mais aussi "non-assistance à personne en danger" et "non-obstacle à la commission d'une infraction".

Mardi, le procureur de Marseille a déclaré avoir saisi l'IGPN pour des faits de "violences aggravées", qualification susceptible d'évoluer avec les investigations.

L'avocat de la victime assure avoir des images confirmant ces faits: "Nous avons plusieurs vidéos où l'on voit bien leurs brassards, leurs casques, leurs matraques. Elle reçoit d'abord un coup de LBD dans les jambes, elle tombe au sol et c'est là qu'elle reçoit un coup de matraque qui lui scalpe une partie du crâne. Puis une deuxième grappe (de policiers en civil, NDLR) lui file des coups de pied au sol et des coups de matraques et enfin une troisième grappe empêche des gens de lui porter secours".

Lire aussi:

Gilets jaunes: un colonel de gendarmerie reconnaît "des violences policières" (vidéo)

Gilets jaunes: pour Macron pas de "violences policières" mais des "bêtises"

Violences policières: pour couvrir les gilets jaunes, les photoreporters se protègent "comme pour aller à la guerre"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une quinzaine de policiers sont mis en cause pour "tentative d'homicide" ou "non assistance à personne en danger".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-